L'Ensemble musical Des Équilibres et la compagnie de danse La Parenthèse fusionnent leur art au Château Borély !

Équilibres… Des Équilibres !

• 5 juin 2016 •
L'Ensemble musical Des Équilibres et la compagnie de danse La Parenthèse fusionnent leur art au Château Borély ! - Zibeline

Musée des Arts décoratifs et de la Mode : en haut de l’escalier, on joue, solitaire, une Chaconne de Bach. Une jeune danseuse, enrobée de rouge, dessine des arabesques sur les mallons marbrés.
Station au palier : Agnès Pyka violone de pupitre en pupitre…
Déambulations ! Au milieu des luxueuses faïences du Château Borély, quatre danseurs s’accordent aux notes de Kodaly et d’un lointain violoncelle, entre les grappes d’un public venu en masse, en ce premier dimanche de juin, découvrir Un air de danse au château, fruit de la collaboration de l’ensemble Des Équilibres et de la compagnie La Parenthèse (dont on avait apprécié, il y a quelques temps, le Cyrano chorégraphié par Christophe Garcia à l’Opéra de Marseille).
Équilibre… Déséquilibres ? Une danse s’égare dans un rire, un questionnement du regard… en apesanteur, entre masque et bergamasque. Un piano résonne obstinément dans l’arrière-fond : scintillant John Adams ! On s’installe dans le grand salon, plein à craquer : l’assistance déborde dans les pièces adjacentes. « Gute Nacht ! » en Voyage d’hiver schubertien : un corps de femme tournoie et s’essouffle au creux du demi-queue. Piano orchestral… ballerines en miroir, synchrones… Andante maestoso !
Portés, échappées, chutes éperdues et regards perdus… bientôt rattrapés, reconquis au fil d’une corde glissante au violon sur un Ravel chaloupé et jazzy ! Et les mains de Laurent Wagschal, nobles et nonchalantes, se moulent dans le déhanchement d’un Tango de Piazzolla, tandis que chante et virevolte l’archet de Guillaume Lafeuille.
Bach encore, do dièse mineur en Prélude : souple, sonore !
Et Schubert enfin, en Trio, avec sa fameuse marche, haletante et placide, en do mineur… Deux corps s’agrippent : radieux ! Julie Compans et Alexandre Tondolo se repoussent, s’agrègent et s’accompagnent en volutes… avant de s’effacer au souffle hypnotique d’un grand élan romantique. Superbe !
JACQUES FRESCHEL
Juillet 2016

Le concert a eu lieu le 5 juin au château Borely, à Marseille, dans le cadre de #Openmymed

photo : © Marie-Anne Baillon