Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Mickaël Phelippeau, Josette Baïz, Benjamin Dupé, Alexandra Tobelaim parlent création pour enfants

Enfances de l’art

Mickaël Phelippeau, Josette Baïz, Benjamin Dupé, Alexandra Tobelaim parlent création pour enfants - Zibeline

Dans la foulée de sa nouvelle création, Du Chœur à l’Ouvrage, opéra pour voix d’enfants, le compositeur Benjamin Dupé initiait, au théâtre Durance, une table ronde réunissant des artistes ayant travaillé avec des enfants, pour une mise en commun des expériences liées à la spécificité de ce travail artistique : les chorégraphes Josette Baïz et Mickaël Phelippeau et la metteure en scène Alexandra Tobelaim. Tous soulignent la rapidité phénoménale de l’apprentissage, l’adaptation aux changements de mise en scène de dernière minute, la lecture de notations différentes; « les enfants décryptent les partitions contemporaines plus vite que leurs chefs d’orchestre ! » sourit Benjamin Dupé. Spécificité de ce travail particulier : la nécessité de se renouveler sans cesse, d’étonner, de nourrir en permanence de nouveautés l’appétit des enfants qui sont « sans filtre » et se désintéressent vite ! Leur facilité à entrer avec naturel dans les thèmes les plus profonds pousse les artistes à réfléchir sur leur création avec davantage d’acuité ; les enfants ne connaissent pas les appréhensions des adultes ainsi, dans l’émouvant rituel de passage du Mois du Chrysanthème (Cie Tandaim), « l’on retrouve avec eux ce que l’on a perdu, le goût des premières fois, le travail d’artiste redevient un jeu » sourit A. Tobelaim. « La posture de l’artiste par rapport à l’enfant est extrêmement importante, rappelle Josette Baïz, je ne m’érige pas en maître à penser, mais dois me remettre sans cesse en cause : les apports sont réciproques. Leur énergie nous conduit toujours à l’essentiel, ils apportent profondeur et vérité. Il y a toujours quelque chose de l’ordre de la liberté, de la fantaisie, grâce à la somme des individualités, il n’y a jamais de « masse » ! ». Amener les enfants à la scène permet de désacraliser ce qui est autour, qui pourrait faire obstacle, mais si l’on ouvre « tout autour, c’est pour garder cet espace extra-ordinaire qu’est le plateau », renchérit Mickaël Phelippeau. Jalons précieux pour réenchanter le monde…

MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2018

La table ronde s’est tenue le 27 mars au Théâtre Durance, Château-Arnoux

Photo : Mickaël Phelippeau, Josette Baïz, Benjamin Dupé, Alexandra Tobelaim -c- MC


Théâtre Durance
Avenue des Lauzières
04160 Château-Arnoux-Saint-Auban
04 92 64 27 34
http://www.theatredurance.fr/