Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Lecture de la pièce Los Niños par la dramaturge Sabine Tamisier à la bibliothèque des Fenouillères

Enfances croisées

Vérifier les jours off sur la période
Lecture de la pièce Los Niños par la dramaturge Sabine Tamisier à la bibliothèque des Fenouillères - Zibeline

La dramaturge Sabine Tamisier offrait la lecture intégrale de sa pièce Los Niños à la Bibliothèque Universitaire des Fenouillères, dans le cadre d’une première collaboration entre cette institution et le théâtre Vitez (assortie d’ateliers d’écriture). « Au départ, en 2003, sourit l’auteure, je souhaitais écrire un portrait pour chaque enfant du livre Les enfants de l’exode de Sebastião Salgado (un ouvrage qui rassemble une série de clichés d’enfants, quatre-vingt-dix portraits en noir et blanc pris dans des camps et lieux de refuges), rendre une parole possible à chacun. J’ai écrit finalement soixante-trois portraits en 2010. Sept font partie de la pièce. Mais j’ai donné un nom à chacun d’entre eux… ». La construction générale met en miroir la jeunesse insouciante vécue dans un pays en paix et celles que l’exode et les guerres bouleversent : Janis a treize ans, est survoltée contre ses parents, médecins humanitaires, qui l’envoient, alors qu’ils devaient partir en vacances ensemble, à la campagne en Provence chez sa grand-tante Didi et son grand-oncle Lolo, car ils ont été appelés en dernière minute pour une mission d’urgence à l’étranger. La colère de la jeune fille va trouver un apaisement grâce à la douceur et la joie de vivre de l’ancien DJ toujours dans ses platines et de l’écrivaine (double de l’auteure) qui s’attache à l’écriture de portraits d’enfants (saisis par l’objectif de Salgado), que Janis découvre et lit avidement, et comprend enfin l’action de ses parents. En quelques jours Janis change, s’accorde au monde et aux êtres, se réconcilie avec elle-même… les scènes finement ciselées ont un air de vérité troublant, soulignées par des didascalies qui tracent cadre et atmosphère par touches impressionnistes d’une délicate poésie. Les portraits sont menés sous la forme de dialogues qui, en quelques répliques, brossent situation historique, politique et histoire personnelle. Le tout est porté avec intelligence et expressivité par la voix de la lectrice.

MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2019

Lecture donnée le 27 mars à la BU des Fenouillères, Aix-en-Provence