Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Rencontre passionnante avec l'écrivain/journaliste Sorj Chalandon à la Méjanes, à Aix-en-Provence

Enfance et chimères

Rencontre passionnante avec l'écrivain/journaliste Sorj Chalandon à la Méjanes, à Aix-en-Provence - Zibeline

Quel succès et pour cause ! C’est la deuxième fois que l’écrivain/journaliste Sorj Chalandon est sélectionné pour participer au Prix littéraire des lycéens et apprentis chapeauté par l’Agence Régionale du Livre. Le 13 janvier, après avoir rencontré les élèves du Lycée Vauvenargues et les détenus de la Maison d’arrêt de Luynes, il retrouve le public de la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence. Deux ou trois questions suffisent à libérer une parole généreuse : écrire des romans permet de panser ses blessures, comme la souffrance d’être bègue (Le petit Bonzi), la haute trahison d’un ami irlandais (Mon traître), la confrontation insoutenable dans son métier de journaliste à des événements tragiques comme les massacres de Sabra et Chatila (Le quatrième mur).

Dans Profession du père, Sorj Chalandon évoque sa sidération d’enfant face à un homme fou. Son père se disait agent secret, pasteur presbytérien, meilleur ami du Général De Gaulle, aimé d’Edith Piaf, membre de l’ombre de l’OAS… Tout cela aurait pu être cocasse, une aventure de tous les instants pour un enfant, s’il n’y avait eu la violence physique et une mère qui jamais ne réagit pour le protéger. Vivant en circuit fermé, son père lui racontait que son oncle était chef de la CIA, que pendant la crise de Cuba un des missiles était dirigé sur eux ; il fit de lui son complice, lui apprenant à marcher du côté des rétroviseurs pour déjouer les filatures soviétiques, à espionner leur voisin qui écouterait radio Moscou et, poussant la terreur à son comble, lui faisant suivre un entraînement physique intensif pour assassiner De Gaulle !

Sorj, Emile dans le livre, a vécu dans la peau d’un futur meurtrier pendant trois mois… La « guerre que son père a semée » en lui, il l’épuisera plus tard, en tant que reporter en Irak, Afghanistan, Somalie, avant de devenir père à son tour. Ce roman ne verra le jour qu’à la mort du père en 2014. La rencontre est forte et sensible. L’auteur bouleverse et, à bien des égards, ne laisse pas le public indemne. Il rappelle à quel point il aime échanger avec les élèves des lycées professionnels avec qui il parle « de ventre à ventre » et « de cœur à cœur » ; que rien ne vaut un gamin de CAP qui donne un prix Goncourt, et un détenu qui lui confie : « moi c’était pas mon père, c’était ma mère, merci ! »

MARION CORDIER
Mars 2017

À lire :
la chronique de Zibeline sur Profession du père de Sorj Chalandon

La rencontre a eu lieu à la Méjanes, à Aix-en-Provence, le 13 janvier

Profession du père
Sorj Chalandon
Grasset, 19€, Livre de poche, 7,60€

Photo : Sorj Chalandon © J.F. Paga


Bibliothèque Méjanes / Cité du Livre
8-10  Rue Allumettes
13090 Aix-en-Provence
04 42 91 98 88
http://www.citedulivre-aix.com/citedulivre/