Vu par Zibeline

Encartez-moi

 - Zibeline

C’était le dernier mardi du MuCEM !

La saison prochaine  le musée ne sera plus un rêve, mais fermera le mardi… Les conférences, accueillies tout d’abord à la Criée puis dans l’auditorium dès l’ouverture, auront lieu le jeudi.

Pour ce dernier Mardi l’auditorium de l’Alcazar était plein comme un œuf, refusant du monde pour une conférence menée par Jean-Christophe Victor, auteur du Dessous des cartes d’Arte.

Pourtant sa conférence, troisième du cycle sur Le Pouvoir des Images, fut nettement la moins passionnante. Le géographe rappela sa formation d’ethnologue pour en louer les vertus, c’est-à-dire l’apprentissage de la lenteur, et d’un regard décentré, puis parla sans véritable idée directrice. Un peu des Printemps arabes, un peu de la Turquie, un peu du Pôle Nord et d’écologie, de zones de conflits géopolitiques, de sa confiance en l’avenir malgré tous les dangers… mais justement sans s’appuyer sur les nombreuses cartes qu’il avait préparées, et qui ne servirent pas son propos éclaté. À peine expliqua-t-il que toutes les civilisations se placent au centre de leurs représentations géographiques. Interrogé par Thierry Fabre sur le statut des cartes, outil ou image, questionnement initial de la conférence, il répondit très rapidement que pour lui les cartes étaient des outils, et glosa sur leurs vertus pédagogiques, outils pour comprendre ou modifier, le réel politique ; il évoqua en un mot la nécessité de lutter contre les médias «co-fabricateurs d’opinion publique» en répliquant par des «outils intelligents». Idées intéressantes, mais perdues dans un propos décousu. À moins que la mosaïque de remarques ne soit un autre moyen, moins centralisateur justement, de faire sens ?

AGNES FRESCHEL

Juin 2012

 

Le dernier Mardi du MuCEM a eu lieu le 12 juin à l’Alcazar, Marseille


Bibliothèque de l’Alcazar
14 Cours Belsunce
13001 Marseille
04 91 55 90 00
http://www.bmvr.marseille.fr/