Premier roman de l’Argentine Carla Maliandi

En somnambule

Premier roman de l’Argentine Carla Maliandi - Zibeline

Le premier roman de l’Argentine Carla Maliandi salué par la critique en 2017 à sa sortie dans son pays, est publié en France. Il se présente sous une forme qui s’apparente à un journal. La narratrice se contente de relater les faits de son séjour à Heidelberg, une des rares villes allemandes à n’avoir pas été bombardée à la dernière guerre. Elle y est arrivée sur un coup de tête, un ras-le-bol de sa vie à Buenos Aires, après la rupture avec son copain. L’envie de couper, de faire table rase. Mais aussi de retrouver l’endroit où elle a passé ses plus jeunes années avec ses parents qui avaient fui la dictature. Une valise, très peu d’argent et l’envie de dormir. Elle trouve à se loger dans une résidence étudiante où les locataires sont tous plus jeunes qu’elle. Elle y rencontre un compatriote. Très vite elle se rend compte qu’elle est enceinte et a un doute sur l’identité du père. Mais ça ne la perturbe pas plus que ça. S’enchaînent des rencontres, notamment avec une jeune japonaise, puis la mère de celle-ci, femme riche et étrange en quête de rencontres. Mais surtout elle retrouve, à la fac, Mario, argentin lui aussi, qui était un ami de son père et qui n’est jamais retourné au pays. Tous ces personnages s’intéressent à elle, veulent l’aider, chacun à sa façon. Elle passe de l’un à l’autre, accepte plus ou moins facilement leur compagnie. Elle ne donne aucune nouvelle à sa famille et apprécie d’être coupée de tout. Étrangère. « Ici le temps avance d’une façon étrange » dit-elle et elle avance dans cette nouvelle vie en somnambule sans savoir ce qu’il va advenir. Elle consulte les horaires des avions pour l’Argentine, sans aller jusqu’au bout. Si au début le lecteur est intrigué par cette jeune femme qui semble vivre à côté de sa vie, il est possible qu’il se lasse de ce récit monotone où toutes les phrases sont construites selon la même structure et dans lequel il semble que tout lui échappe, comme la vraie vie semble échapper à son héroïne.

CHRIS BOURGUE
Mai 2021

Une chambre en Allemagne Carla Maliandi
traduit par Myriam Chirousse
Éditions Métaillé,18 €