Vu par Zibeline

Succès du Festimôme à Aubagne, malgré de difficiles conditions d'organisation

En fête, malgré tout

Succès du Festimôme à Aubagne, malgré de difficiles conditions d'organisation - Zibeline

Entre la sombre actualité et les restrictions budgétaires, les contraintes d’organisation ont été fortes pour cette 15e édition du Festimôme. Mais l’équipe d’Arteuro, Térésa Tigrato, la directrice, en tête, ont su faire face. Du 27 au 29 juillet, au parc Jean Moulin d’Aubagne, les minots ont une nouvelle fois pu profiter d’une fête toute en leur honneur. Même si l’ambiance était un peu moins vive que les autres années, pour les raisons évoquées plus haut.

Sécurité renforcée

Dans le détail, la récente attaque meurtrière à Nice a pesé sur la manifestation aubagnaise. L’autorisation de la préfecture est longtemps restée en suspens, avant d’être finalement accordée le matin même de l’ouverture du Festival, à la condition que le périmètre soit entièrement entouré de barrières. Des policiers municipaux et nationaux patrouillaient régulièrement dans le parc.

Quelques bribes de mots d’enfants échangés avec leurs parents donnaient un aperçu de ce que peuvent ressentir les plus petits en ces jours troublés. « C’est pour qu’il y ait pas d’attentat ? », demandaient-ils souvent en découvrant tout ce dispositif de sécurité.

Autre effet de ce climat, de nombreux centres aérés n’ont pas été autorisés à faire le déplacement à Aubagne, réduisant d’autant l’affluence. Enfin, en raison d’un budget toujours plus serré, le Festimôme a dû se résoudre à devenir payant pour la première fois. Une petite somme, 3 € par enfant et 4 € par adulte, pour un accès libre à l’ensemble des spectacles et activités. Mais si petites soient-elles, ces dépenses ont aussi freiné la fréquentation.

Ateliers, jeux et mini grande roue

Malgré tout, les organisateurs estimaient les entrées à environ 3000 personnes sur les trois jours. Qui n’auront pas été déçues, tant la qualité des spectacles et de toutes les propositions était comme toujours au rendez-vous. Les quelque 70 bénévoles œuvrant également pour que tout se déroule dans les meilleures conditions.

L’insouciance des minots pouvait reprendre ses droits. Entre parcours aventure au milieu des arbres, chasse au trésor géante, cabane en carton à décorer, ateliers de cirque, de peinture, fabrication de petits oiseaux de papier ou chamboule-tout à coups de pied dans un ballon, les enfants déambulaient tranquillement, passant d’une activité à l’autre. Tout en douceur et en poésie, la mini grande roue tournant très lentement, animée par un vélo, projet nommé Ritournelle et signé par la compagnie L’Echapée Belle, était prise d’assaut.

Cirque, rires et musique

Quant aux spectacles, une seule petite déception du côté de Swing, par la compagnie Mistral. L’artiste est doté d’une technique exceptionnelle au mât chinois, mais sa mise en place, bien trop longue et manquant de rythme, lui fait perdre l’attention du public. La Tente d’Edgar, par la compagnie La Trappe à Ressorts, ne connaît pas cet écueil. Seul dans une étrange roulotte à écailles, l’artiste joue volontiers de la provocation avec les spectateurs et enchaîne des prouesses magiques qui bluffent des plus petits aux plus grands. Toujours le registre magique avec Kukuriku, où Ola Muchin, anime une grande marionnette, une peu maladroite, qui réalise pourtant quelques tours étonnants.

Ola-Muchin---Festimôme-2016-©-J.C.S

Dans Banana Show, Pierrick St-Pierre joue de l’équilibre sur sa corde souple et fait d’un enfant du public son assistant super-héros. Dans le duo des Maraudeurs, l’homme assemble en personnages tout son fatras de vieux objets et parvient enfin à faire sourire sa compagne un brin grincheuse. Autre couple, celui du Circo Pitanga, et ses Cordes Nuptiales, qui offre une acrobatie aérienne mêlée d’intenses prises de risque, de grâce subtile et d’effets de clowns décalés.

Nicole Ferroni, la chroniqueuse et humoriste aubagnaise, marraine du Festimôme, présente lors de l’inauguration, clôturait également le Festival dans un délire verbal dont elle a le secret. Laissant la place aux concerts du soir, le hip-hop d’Azad Lab, suivi d’un DJ set. Certains savouraient tranquillement allongés sur les pelouses du parc, tandis que les plus motivés, petits et grands, les transformaient en dance-floor sous les étoiles.

JAN-CYRIL SALEMI
Août 2016

Le Festimôme a eu lieu au parc Jean Moulin à Aubagne, du 27 au 29 juillet

Photos : J.C.S

Circo-Pitanga---Festimôme-2016-©-J.C.S