Une 22e édition du festival des arts du geste Les Elancées réussie

Emotions garanties !Vu par Zibeline

Une 22e édition du festival des arts du geste Les Elancées réussie  - Zibeline

10 jours hors du temps, menés tambours battants par les équipes de Scènes et Cinés pour accueillir artistes et spectateurs sur le festival des arts du geste Les Elancées à Cornillon-Confoux, Fos-sur-Mer, Grans, Istres, Miramas et Port-Saint-Louis-du-Rhône. En salle et sous chapiteaux, cette 22e édition peut s’enorgueillir d’un taux de remplissage de 95,75% pour les représentations tout public, sans oublier les actions menées en milieu scolaire qui ont accompagné 1200 enfants dans la découverte des spectacles proposés. 

Nous avions découvert La rose des vents en novembre 2019 au Bois de l’Aune, à Aix (lire ici). La salle du théâtre de l’Olivier, à Istres, était à nouveau comble pour applaudir les jeunes circassiens de l’école de cirque marocaine Shems’y, portés par les sonorités orientales jouées en direct par le groupe Aksak dans cette rose sensuelle et multiple. S’ils ont gardé indemne leur énergie et leur impétuosité, les artistes ont acquis depuis précision et douceur, puisant dans l’amplitude des mouvements chorégraphiés par Aïcha Aouad-Sicre grâce et légèreté. Au fil des tableaux se dessine des points cardinaux imaginaires, éphémères et mouvants. Acrobaties spectaculaires -à la roue Cyr, au mât pendulaire et au tissu aérien- et danse s’entremêlent lors de solo ou d’emballements collectifs qui créent de poétiques arabesques. Jusqu’au final qui réunit et soude les énergies de chacun et souffle sur la rose un puissant vent d’émotions. 

Sous le petit chapiteau du Cirque sans noms, dressé à Fos-sur-Mer, l’ambiance est tout autre.
Dans un décor encombré d’objets sortis tout droit d’une brocante, trois personnages silencieux s’activent sans buts apparents. De petits gestes en déplacements mesurés, trois personnages créent une drôle d’histoire qui tourne autour d’une lampe qui ne reste jamais à la place qui devrait être la sienne, au-dessus de la table qu’ils occupent, et se retrouve au faîte du chapiteau. D’un perchoir bricolé sans cesse rallongé et toujours plus précaire, à des marches qui apparaissent/disparaissent soudainement, et jusqu’à la pluie incessante d’une sciure aussi légère que des flocons, ils installent une beauté visuelle faite de petits riens, une poésie qui suspend le temps.

Enfin, c’est dans une ambiance explosive que la troupe de Circo Zoé accueille le public sous son chapiteau à Istres. C’est une véritable fête fellinienne qui anime les douze circassiens-musiciens, ces artistes-là savent tout faire ou presque ! Avec une énergie communicative, et inventive, ils enchaînent les numéros virtuoses -fildefériste sur fil souple, corps à corps avec une roue Cyr, envolées sur cerceau aérien, acrobaties sur un vélo…- sur une musique live et entraînante. Aucun temps mort dans ce Born to be circus qui porte si bien son nom !

DOMINIQUE MARÇON
Février 2020

Le festival des arts et du geste Les Élancées s’est déroulé du 5 au 16 février à Cornillon-Confoux, Fos-sur-Mer, Grans, Istres, Miramas et Port-Saint-Louis-du-Rhône

Photo : Abaque, cirque sans noms © Claude Arnaudas