Une poignée de vies de Marlen Haushofer, traduit et édité par Jacqueline Chambon

Éloge de la fuiteLu par Zibeline

Une poignée de vies de Marlen Haushofer, traduit et édité par Jacqueline Chambon - Zibeline

On peine à croire, en découvrant cet opus inédit en France de Marlen Haushofer, qu’il fut publié en Autriche en 1955. Il y a, dans cette écriture misant sur la puissance du narratif plutôt que sur celle d’un style surplombant, un tropisme hors sol. Mais c’est surtout dans l’acuité de son analyse psychologique, et dans la finesse d’un portrait féminin farouchement individualiste et émancipateur, qu’Une Poignée de vies se révèle d’une modernité saisissante. Betty est un personnage à part, dont les tourments annoncent déjà les thématiques féministes fortes d’Un Mur Invisible, fable post-apocalyptique qui fera connaître à Marlen Haushofer une belle renommée dans les années 60, avant son décès en 1970. La petite ville où a grandi le fils de Betty, élevé seul par son mari, tenait la jeune femme pour morte. Son retour sur les lieux des années plus tard laissera en suspens de nombreuses questions, auxquelles elle répondra en parcourant une boîte à photos devenue boîte à souvenirs. Betty pense que son désir et son existence même font d’elle un « poison » : ses amitiés adolescentes révèlent un clair penchant pour les femmes que la société d’alors ne lui permettra pas d’explorer ; sa relation aux hommes, faite de curiosité, d’emprise mais jamais d’affection, la rend incapable d’un attachement durable. À travers elle, c’est à l’impossible cahier des charges des femmes d’alors que l’écrivain s’attaque. Les années ont heureusement affaibli son ancrage : sa dimension religieuse s’est notamment amoindrie ; mais ses répercussions sur l’intime demeurent. On saura ainsi gré à Jacqueline Chambon, directrice d’édition et traductrice du texte, d’avoir fait connaître à la France ces pages capitales de l’histoire littéraire.

SUZANNE CANESSA
Mai 2020

Paru en Janvier 2020 aux Editions Actes Sud
192 pages
19 euros