Vu par ZibelineDésordre, d'Hubert Colas, un « j’ai pas le moral » qui en deviendrait contagieux

Ego, désordre et solitude

Désordre, d'Hubert Colas, un « j’ai pas le moral » qui en deviendrait contagieux - Zibeline

Hubert Colas dépeint un monde en crise. Crise de l’intime et crise de sens.
Désordre avait été créé en septembre 2018, lors d’un festival Actoral, après plus de deux années d’écriture et de monstrations par étape. Près d’un an et demi après la première, le Désordre de 2020 a d’évidence mûri, mais exprime la même perdition d’un petit groupe d’êtres profondément désorientés, instables, hermétiques à la communication, à la relation. C’est Hubert Colas lui-même qui cette fois apparaît sur l’écran surmontant la scène. Dans ce qui ressemble à la minuscule chambre d’un hôtel de périphérique, il incarne par son isolement physique la solitude et l’incompréhension exprimées par chacun des personnages, à des degrés divers de névrose. Observateur de ses contemporains, Colas débite des questionnements sans réponse, dans une vaine quête de logique et de raison. Sur le plateau tout aussi désordonné, deux fausses jumelles inaptes au sentiment, une dyslexique perverse en mal d’attention, un chanteur au mécanisme de séduction grippé, un jeune Noir longiligne à la beauté aussi troublante que le comportement et deux fauteuils animés qui se font des reproches de l’ordre de la jalousie amoureuse. On y chante la Méditerranée de Tino Rossi, disserte sur la notion de migrant, déclinée avec les mots « colons », « découvreurs » et « esclaves » ou évoque cette ville qui aime plus ses arbres que ses Arabes. Le désordre, c’est aussi celui provoqué par un jeu, le véritable fil conducteur de la pièce. Le public est invité à tirer des cartes indiquant la scène à jouer, imposant au déroulé du récit une lecture aléatoire. Désordre des sentiments, désordre de la vie, désordre du monde. En conclusion, l’auteur confesse un « j’ai pas le moral » qui en deviendrait contagieux. L’humour absurde et une atmosphère bienveillante de légèreté nous aident à ne pas y succomber.

LUDOVIC TOMAS
Janvier 2020

Photo : Désordre ©H. Bellamy

Désordre a été joué du 8 au 10 janvier, à la Criée, Marseille

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/