Ours d'argent à la dernière Berlinale, Effacer l'historique sort en salles

Effacer l’historiqueVu par Zibeline

• 26 août 2020⇒26 octobre 2020 •
Ours d'argent à la dernière Berlinale, Effacer l'historique sort en salles - Zibeline

Gilet jaune sur tapis rouge, le tandem Benoît Délépine/ Gustave Kervern, il y a sept mois, présentait à la 70è Berlinale, Effacer l’historique, leur dernière comédie sur un monde qui ne va pas. La sortie de ce film, différée pour cause de pandémie, se fait enfin le 26 août et il ne faut pas se priver du plaisir de le découvrir en salles.

Dans un lotissement propret digne d’une pub de promoteurs, éloigné comme il se doit de la ville, Marie (Blanche Gardin), Christine (Corinne Masiero) et Bertrand ( Denis Podalydès) qui se sont rencontrés deux ans auparavant sur un rond point, vont unir leurs modestes forces pour s’extraire de la toile d’araignée du net qui les a piégés.

Marie, divorcée, chômeuse, est victime d’un chantage à la sextape. Christine, chauffeur VTC, se voit injustement sanctionnée par l’absence d’étoiles sur son offre professionnelle. Bertrand, père isolé, échoue à faire supprimer sur Instagram la vidéo de sa fille harcelée au lycée. Comme dans leurs films précédents les réalisateurs s’attachent à cette classe moyenne dépassée par un monde qui ne se soucie d’elle que pour la presser davantage. La banlieue pavillonnaire et ses rêves cassés, l’endettement, le chômage, l’ubérisation, Airbnb, Amazon, l’addiction aux séries, le harcèlement par internet, le tapez 1/tapez 2, la fabrication d’une réalité virtuelle bidonnée : tout est là et on se reconnaît par moments dans ce miroir déformant où on se bat contre des algorithmes. « C’est tout pourri, la planète crève, mais la vie est belle » bredouille en substance Marie, complètement bourrée, à son fils, adorateur de tennis, avec la candeur acide dont Blanche Gardin a le secret. Le film enchaîne des sketches drôlissimes, invente des situations cocasses soulignant l’absurdité et les contradictions de nos sociétés à l’instar de ce hacker écolo-capitaliste interprété par Bouli Lanners, qui multiplie les bitcoins, enfermé dans une éolienne. Nous voilà embarqués dans une quête insensée qui conduit les protagonistes jusqu’en Californie et à l’ïle Maurice ! On retrouve la veine donquichottesque des réalisateurs de Mammuth : les data centers se substituant aux moulins de la Mancha.

Le comique naît souvent d’une inéquation entre le personnage et un environnement qui résiste à ses désirs. Ici, les personnages finiront par résister à leur environnement et aux désirs créés de toutes pièces pour les asservir. Une résistance qui passe par la solidarité et la mise à distance des problèmes, quitte à aller sur la lune. Effacer l’historique comme une autre forme du « passé faisons table rase », pour recommencer ou plutôt pour commencer. Va savoir !

ELISE PADOVANI
Août 2020

Le film a obtenu l’Ours d’Argent à Berlin
Sortie en salles le 26 août

Photographie : Effacer l’historique, (Blanche Gardin, Vincent Lacoste) Copyright Les Films du Worso – No Money Productions