Wilderness de Lance Weller aux éditions Gallmeister

D’une Wilderness à l’autreLu par Zibeline

Wilderness de Lance Weller aux éditions Gallmeister - Zibeline

«Je voulais écrire la plus belle histoire qui soit sur un chien.» Le chien est bien là, mais pas tout seul, dans ce premier roman époustouflant de Lance Weller. Car en parallèle de ce travail d’écriture, l’auteur avait «entamé une passion pour la guerre de Sécession», qui le mena bien vite à envisager l’ampleur d’une histoire. Il y mettra en scène un vieil homme, Abel Truman, vétéran de cette guerre, dont le centre de gravité, lieu des réminiscences de «toutes les émotions de son âme» est la bataille de la Wilderness, lieu d’un des plus sanglants et décisifs combats de cette guerre qui fit des États-Unis une nation. Autour de lui des hommes, des femmes, qui jalonnent le récit, maillage indispensable à la compréhension d’une quête vitale qui lie les deux histoires, la sienne et celle de son pays.
Qui est donc Abel Truman ? Un vieil homme au corps cabossé qui vit seul dans une cabane faite de bois flottés avec son chien, au bord de l’océan pacifique, et que les souvenirs déchirent. Qui vont le pousser à prendre la route, tout laisser derrière lui, pour un ultime voyage. Rapidement le cours des choses va déraper lorsque deux hommes volent son chien, le destinant à des combats. Abel, ne craignant plus personne, ni la mort, se lance à leur poursuite… Lance Weller prend tout son temps pour déployer le récit, le décompose en séquences qui font alterner le temps présent (1899), et les scènes de guerre (1864), d’une beauté à couper le souffle, Lance Weller ayant mêlé aux scènes de combat ultra-réalistes des images de toute beauté d’une nature tout aussi souffrante. Il scrute l’esprit d’Abel pour en comprendre les blessures, entre errance et compassion, espoir et rédemption. Et c’est au cœur de la nature que le récit prend toute sa dimension, dans sa longue et solitaire pérégrination ou lors des combats. Une nature intimement liée à son histoire, qui lui permettra de faire son deuil de la Wilderness (littéralement «Les espaces sauvages»), et de la sauvagerie des hommes.
Gageons que le deuxième roman de lance Weller, dont l’écriture est en cours et pour lequel il a d’ores et déjà dévoilé un petit aperçu (deux jeunes hommes en route pour l’Ouest américain durant la guerre américano-mexicaine) confirmera ce talent.

DOMINIQUE MARÇON

Juin 2013

Lance Weller était invité par la librairie Goulard, à Aix, le 21 mai 

Wilderness
Gallmeister, coll. Nature Writing, 23,60 €

photo : Lance Weller (c) Do.M