Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Jean Dubuffet, un barbare en Europejusqu’au 2 septembre au Mucem

Dubuffet habite le monde

• 2 mai 2019⇒2 septembre 2019 •
Jean Dubuffet, un barbare en Europejusqu’au 2 septembre au Mucem - Zibeline

Complexe, inclassable, toujours controversé, Jean Dubuffet restera celui qui décentra les points de vue de l’homme occidental moderne sur le monde du XXe siècle. Hommage à son ami Henri Michaux, l’exposition Jean Dubuffet, un barbare en Europe détourne le titre de l’ouvrage Un barbare en Asie publié par l’auteur belge en 1933 : les commissaires Isabelle Marquette et Baptiste Brun ont souhaité dresser un portrait métaphorique de Jean Dubuffet en barbare. Pour sa radicalité, sa pensée explosive, sa volonté de faire table rase de l’art, ses interprétations furieuses du monde à l’heure où l’Europe croyait en être le centre. Toute sa vie Jean Dubuffet (1901-1985) développa une stratégie du contre-pied, multiplia les expériences musicales et plastiques, mit à mal la langue « qui exprime la topographie de la pensée », s’échappa de la culture occidentale qui l’entravait, déconstruisit les catégories de l’art et de la culture, préférant le désordre à l’ordre. Anti conventionnel par nature, bourré de contradictions, il se consacra à la peinture sur le tard et présenta sa première exposition personnelle en 1944, gravitant d’abord autour du dadaïsme puis du surréalisme avant de creuser son propre sillon. Labyrinthique à bien des égards, comme l’exposition qui emprunte les chemins de sa pensée, de ses recherches, de ses amitiés, de ses prises de position. Toutes placées sous le signe de l’exagération : « J’aime beaucoup les choses portées à leur extrême limite possible » écrivait-il en 1967 ! La complexité du parcours colle à celle du personnage, et son propos offre une relecture en profondeur de son œuvre peint, sculptée et littéraire. Jean Dubuffet, un barbare en Europe déroutera peut-être le néophyte mais comblera ses laudateurs.

« Un homme de l’excès »

L’œuvre de Jean Dubuffet trouve sa juste place au Mucem, lui, le fervent défenseur de la culture populaire, qui ne cessa de déplacer son regard sur les objets coloniaux et les cultures extra-européennes (il séjourna à plusieurs reprises dans le désert du Sahara), se passionna pour les arts primitifs (terme qu’il récusa violemment) tout autant que pour les marionnettes, les mascarades, les graffitis (inscriptions banales, triviales, parfois vulgaires dont il raffolait), les dessins d’enfants, enquêta sur la psychiatrie, les prisons, correspondit avec des ethnographes… Ses explorations empruntèrent autant à l’anthropologie qu’au folklore et au domaine de la psychiatrie, le conduisant à s’intéresser aux « irréguliers de l’art » et à inventer L’Art brut auquel il consacra une partie de sa vie : publication d’une revue éponyme, collectes, création de sa Fondation, moult expositions, usant à son tour des procédés de l’art officiel pour le documenter et le diffuser ! Ses prospections composent le noyau dur de l’exposition, décloisonnée mais néanmoins structurée en trois sections principales : la célébration de l’homme du commun en référence à l’ouvrage de Pierre Seghers qui qualifia sa peinture d’être « en état permanent d’insurrection » ; l’exercice du regard à travers une quête boulimique d’œuvres, d’objets, de documentation, d’outils traditionnels, de photographies ; la critique de la culture pour en déconstruire toutes les catégories, décomposer les faits et les choses du monde. L’ensemble est enrichi de ramifications en écho à ses différents points de vue, à ses choix et ses non-choix, sous la forme d’introductions thématiques et d’espaces consacrés aux « esprits partagés » : Antonin Artaud, Jean Paulhan, Michel Leiris, Henri Michaux, Claude Lévi-Strauss avec lesquels il entretint une correspondance abondante. Ses admirables portraits à l’encre sur papier en témoignent aujourd’hui encore.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mai 2019

Catalogue Jean Dubuffet, un barbare en Europe, coédition Hazan, Mucem, 35 €

Jean Dubuffet, un barbare en Europe
jusqu’au 2 septembre
Mucem, Marseille

Image : Jean Dubuffet, Paris plaisir, 1962, Musée des Arts décoratifs, Paris © MAD, Paris – Laurent Sully Jaulmes © Adagp, Paris 2019


Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org