Molière jubile au Bois de l’Aune grâce au tg STAN

Du théâtre comme une partition de jazzVu par Zibeline

Molière jubile au Bois de l’Aune grâce au tg STAN - Zibeline

La troupe du tg STAN poursuit sa plongée dans les œuvres de Molière. Après s’être inspiré du Médecin malgré lui et du Malade Imaginaire dans Poquelin I, l’insatiable compagnie propose un Poquelin II enchaînant en une même pâte Le Bourgeois gentilhomme et L’Avare. Le spectacle (conçu collectivement par Els Dottermans, Willy Thomas, Stijn Van Opstal, Jolente De Keersmaeker, Damiaan De Schrijver, Frank Vercruyssen, Bert Haelvoet), qui a beaucoup tourné en version néerlandaise, se voyait pour la première fois joué dans la langue de l’« homme à l’habit vert ». Un dispositif d’une efficace simplicité permet aux deux pièces d’éclore : une scène montée sur tréteaux (allusion au caractère itinérant des débuts de l’Illustre Théâtre ?) et ses alentours visibles, comme installée dans une sorte de no man’s land où l’on joue encore, où l’on se grime, se déguise, détermine un décor…

Une tenture rouge suffira à dessiner le changement de pièce et voir éclore les délires du Bourgeois gentilhomme. Les acteurs se plaisent aux ambiguïtés, établissent par leurs intonations, leurs interrogations, leurs failles, l’infrangible distance entre eux et leurs rôles, la transmutent en matière comique, feignent la nécessité d’un souffleur, ajoutent leurs commentaires au texte initial, en soulignent les incongruités, passent à un grommelot  facétieux, entraînent dans leur rythme les péripéties des pièces, interpellent le public à propos des us dépassés aujourd’hui, ou dessinent des ponts entre les sujets du XVIIe siècle et ceux de notre XXIe. Aveuglements des passions, amours, prétentions snobinardes, addictions, tous les travers sont là, dépoussiérés de façon iconoclaste.

La crise sanitaire pointe le bout de son nez, la musique contemporaine fait irruption au milieu des bergers et bergères baroques, le tout porté par un accent flamand jubilatoire. On rit beaucoup, on se remémore les textes appris il y a plus ou moins longtemps et l’on s’étonne encore de leur merveilleuse fraîcheur.

MARYVONNE COLOMBANI
Octobre 2020

Poquelin II a été joué les 15 et 16 octobre au Théâtre du Bois de l’Aune, Aix-en-Provence

Photographie : Poquelin II © Kurt Van der Elst

Théâtre du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
boisdelaune.fr