La peur au milieu d’un vaste champ et autres nouvelles de Mustafa Taj Aldeen Almosa, chez Actes Sud

Du fantastique au quotidienLu par Zibeline

La peur au milieu d’un vaste champ et autres nouvelles de Mustafa Taj Aldeen Almosa, chez Actes Sud - Zibeline

Le recueil de nouvelles La peur au milieu d’un vaste champ et autres nouvelles de Mustafa Taj Aldeen Almosa rassemble un florilège de textes parus dans ses six précédents recueils (publiés entre 2012 et 2019). En quelques trente-deux textes, nous abordons cet auteur qui cultive le fantastique avec une élégance rare et une sobre densité. Ici, les tableaux prennent vie et entrainent les vivants dans leur abstraction, là, un petit rat se sacrifie pour libérer les personnages de toiles conçues par des peintres sadiques qui se plaisent à torturer leur sujet. La mort, l’oubli, le souvenir hantent ces pages peuplées de personnages que les ivresses conduisent dans un entre-deux du monde où les frontières entre réalité et songe s’estompent, où la littérature s’installe et distille grâce à la magie efficiente des mots une nouvelle appréhension des choses et des êtres. Souvent une pirouette tragique clôt une histoire, le dérèglement des sens autorise à arpenter d’autres territoires. La fascination de la beauté flirte avec la mort, les genoux d’une belle endormie dans un train s’avèrent être ceux d’une morte, une jeune fille trahie deviendra ailleurs statue de porcelaine et une larme sera perle précieuse, ultime témoignage de ce qui fut.

La terrible situation actuelle de la Syrie transparaît dans ces pages qui l’évoquent sur le mode du conte, la cruauté jubilatoire d’un sniper trouvera sa faille dans la présence insistante d’un oiseau, jusqu’à la mort stupide du tireur, métaphore d’une histoire contemporaine où l’essentiel se perd, absorbé par la folie des hommes. Ailleurs, on voit un jeune homme écrire des lettres d’amour pour d’autres, Cyrano d’une autre époque, et par ses lettres les jeunes filles gagnent en beauté… La vie se mêle à la déliquescence, une infinie nostalgie nimbe tout cela de tendresse jusque dans les narrations les plus cruelles… On se laisse happer par ces courts récits taillés en diamant, dont l’intense poésie ouvre des mondes.

MARYVONNE COLOMBANI
Mars 2020

La peur au milieu d’un vaste champ et autres nouvelles
Mustafa Taj Aldeen Almosa, traduction de l’arabe par Amal Albahra en collaboration avec Patrick de Bouter
éditions Actes Sud, collection Sindbad, 20 €