Retour sur Show room, le texte de Suzanne Joubert présenté en avril à la Minoterie à Marseille

Drôle de drameVu par Zibeline

Retour sur Show room, le texte de Suzanne Joubert présenté en avril à la Minoterie à Marseille - Zibeline

D’abord il y a eu un chantier-lecture mis en espace au théâtre des Bernardines en décembre 2014. Déjà très fort, déjà jubilatoire. Ensuite, Suzanne Joubert a apporté quelques menues modifications au texte de son Show room, nouveau drame. Ce texte, superbe, est aujourd’hui édité (éditions Les Solitaires Intempestifs). Et ce qu’on espérait alors a eu lieu. La pièce a été créée dans une mise en scène collective de l’auteure et des deux comédiens metteurs en scène qui portent ce projet depuis le début. On prend les mêmes et on réussit. Marie Vayssière (dont Suzanne Joubert se plaît à rappeler que c’est en la voyant jouer qu’elle a décidé d’écrire pour le théâtre) et Arnaud Saury. Elle et Lui. Les protagonistes de ce « nouveau drame ».

De quoi au juste est-il question ? D’une lecture à nouveau ? La scène est quasi vide et les deux acteurs, lunettes sur le nez, semblent chercher leur texte parmi les feuillets en désordre. Bien vite pourtant, on se rend compte que cette prétendue lecture, dont ils sortent assez rapidement, est une métaphore de ce qui se joue dans la pièce et sur scène. Car ce soir-là, alors qu’Elle a entrepris de lancer sa sacro-sainte tirade vespérale, long soliloque ponctué d’« attendu que » sans appel qu’Elle répète complaisamment tous les soirs entre deux gorgées de Pineau, Lui, cambré dans sa ridicule panoplie de torero, pour une fois, l’interrompt. Prend la parole….et fait dévier le cours habituel des choses.

Réflexion sur l’usure du couple, sur la lourdeur des rôles assignés, sur la dérisoire exhibition de l’intime, sur le théâtre aussi et sur le jeu, le texte fait mouche. Plombant sur le fond ; si drôle pourtant. Entre absurde (et même tragique) et hystérie, le comique et le rêve se faufilent, comme une issue possible au lent défilement (délitement ?) des existences. Suivant les consignes de l’auteure -« mieux vaut forcer le trait que de se lover dans la tiédeur d’une option naturaliste »-, les deux comédiens y vont à fond pour notre plus grand plaisir. On rit parfois jaune, mais qu’est-ce qu’on rit !

FRED ROBERT
Juin 2017

Show room a été représenté au théâtre Joliette-Minoterie, Marseille, du 25 au 29 avril

Photo : Show room © Agnès Maury

Théâtre Joliette
2 place Henri Verneuil
13002 Marseille
04 91 90 74 28
www.theatrejoliette.fr