Vu par Zibeline

La Rose des vents, pièce chorégraphique et musicale d'Aïcha Aouad-Sicre

Douze ponts cardinaux

La Rose des vents, pièce chorégraphique et musicale d'Aïcha Aouad-Sicre - Zibeline

La Rose des vents, cette terre étoilée qui guidait et orientait les navigateurs dès l’Antiquité, indiquant les points cardinaux qui régissent les boussoles que nous connaissons, représente symboliquement aussi pour la danseuse et chorégraphe franco-marocaine Aïcha Aouad-Sicre le travail de formation qu’elle effectue depuis quelques années au sein de l’École de cirque Shems’y, à Salé au Maroc, auprès de jeunes circassiens avec lesquels elle a imaginé ce spectacle.

La rose est là, projetée sur le sol, au centre de la scène, entourée d’une roue Cyr, et des cinq musiciens du groupe AKSAK qui l’enveloppent de douces mélodies, début d’une folle célébration rythmée par la flûte Kaval d’Isabelle Courroy, la contrebasse de Christiane Ildevert, la clarinette de Philippe Franceschi, le violon de Patrice Gabet et le oud et la mandole de Lionel Romieu. Un groupe s’avance, ils sont sept. L’un d’entre eux s’empare de la roue Cyr, l’observe, la fait tourner. Lents mouvements qui jouent de l’apesanteur de cet agrès qui n’en finit plus de pivoter sur son axe, provoquant la suspension du temps. Puis tombe, explosion de rythmes et de mouvements qui propulse les uns et les autres en de multiples directions, points cardinaux éphémères et mouvants. À la roue Cyr succèdent mât pendulaire, tissu aérien, portés à deux ou plusieurs, et l’histoire de ces artistes se décline en solo et collectivement, mêlant les acrobaties spectaculaires aux apaisées chorégraphies qui font naître des gestes encore fragiles, infiniment émouvants. Dialoguant avec les corps des sept jeunes circassiens, les sonorités orientales jouées par les musiciens d’AKSAK calment ou dynamisent, jusqu’à l’apothéose lorsque le groupe, enfin soudé après les quêtes directionnelles d’une rose omniprésente, se ressoude et fait corps. Extraordinairement joyeuse, la puissance jusqu’alors canalisée du collectif explose et nous cueille, en un feu d’émotions mêlées. 

DOMINIQUE MARÇON
Novembre 2019

Photo ©Laurent Ferrigno

La Rose des vents a été donné au Bois de l’Aune, Aix, les 25 et 26 octobre (dont une représentation issue de la programmation du Forum de Berre).


Théâtre du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
boisdelaune.fr