4.48, Psychose, avec Rachel Ceysson et Marion Duquenne, était repris aux Bernardines

D’outre mortVu par Zibeline

4.48, Psychose, avec Rachel Ceysson et Marion Duquenne, était repris aux Bernardines - Zibeline

La dernière pièce de Sarah Kane, sa cinquième, posthume, qu’elle a écrite à 28 ans quelques mois avant de se donner la mort, est un abime profond. Sans théâtralité mais sans cesse adressée, jouant le rapport à l’autre en inventant son existence, parlant de la mort depuis la folie, mais avec une lucidité par moments, une langue raisonnée qui fait douter des frontières posées entre le délire et le constat. Thomas Fourneau met en scène ces contradictions insolubles avec une grande élégance. Laissant bruts les passages inexplicables, les incohérences désirées, faisant monter la tension dramatique jusqu’à la mise à mort, laissant couler les mots dans les corps de deux comédiennes formidables, différentes, lyrique ou rauque, mais incarnant toutes deux alternativement et ensemble la même inaptitude à la vie. C’est-à-dire à l’appétit, la concession, à l’aveuglement nécessaire pour entrer dans une réalité qui reste intolérable au personnage. À l’auteure, puisqu’elle parle ici sans fard.

La scénographie rectiligne, en noir et blanc, découpée comme la schizophrénie du personnage dédoublé, est pourtant animée de très beaux souffles, des vidéos, des couleurs, un violoncelle. Émotions débordantes qui ne suffisent pas à faire catharsis, à sortir le personnage de la mort, où elle est déjà quand elle écrit. Mais qui permettent au spectateur de ne pas totalement y sombrer, ménageant une distance qui laisse appréhender la douleur, sans intention sadique. Ce à quoi peu de mises en scène de Sarah Kane ont réussi, jusqu’alors, à échapper…

AGNÈS FRESCHEL
Février 2013

4.48, Psychose, avec Rachel Ceysson et Marion Duquenne, a été repris aux Bernardines, Marseille, du 12 au 21 janvier

Théâtre des Bernardines
17 Boulevard Garibaldi
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/