Cinéma et musique avec le cycle Venise à Marseille, initié par l’Institut Culturel Italien

Double émotionVu par Zibeline

• 27 mars 2014 •
Cinéma et musique avec le cycle Venise à Marseille, initié par l’Institut Culturel Italien - Zibeline

Une soirée riche : un film, un concert. La directrice Roberta Alberotanza était très fière de présenter Serena Nono, réalisatrice, fille du grand compositeur contemporain Luigi Nono et petite-fille d’Arnold Schönberg ! Son film Venezia Salva (Venise sauvée) est une fiction historique d’après la pièce de Simone Weil, philosophe française morte à 34 ans. 1618 : l’Ambassadeur d’Espagne, le vice-roi d’Espagne, aidé de mercenaires, organisent une conspiration pour conquérir la Sérénissime. L’extraordinaire puissance du film vient d’un casting étonnant, issu de la Casa dell’Ospitalità di Venezia e Mestre qui accueille les sans-abris, avec des comédiens amateurs qui campent des personnages hauts en couleurs. Monteverdi parcourt le film (très belle interprétation des Scherzi Musicali (della belleza le dovute lodi) par le Concerto Soave de Jean-Marc Aymes. Luigi Nono est là dans les parties plus sombres (Composizione 1 et Epitaffio per Federico Garcia Lorca). Film intense, théâtral : un prologue, 3 actes, noirs et blancs pour les didascalies qui nous relient à la réalité, entourant des tableaux ocre, pourpre, or, d’une Venise sublime, sans fard : la beauté, rempart contre la cruauté, triomphe, la conspiration échoue, superbe message de Serena Nono. «Les vainqueurs vivent leurs rêves, les vaincus vivent celui des autres.» Une œuvre admirable de sincérité, mêlée d’expression populaire et de raffinement envoûtant. Le concert qui suivait réunissait un quatuor vénitien : L’Ensemble Opera da Camera di Venezia ; programme baroque, pointant quelques traits vers le style galant, naissant. Galuppi, Vivaldi, incontournable, Hasse et les moins connus Piatti et Anna Bon, dont la Sonata en Fa Majeur est d’une grande beauté : un flûtiste au souffle éternel (Pier Luigi Maestri) plane au-dessus de ses compères, violon, violoncelle, clavecin. Une Sonate de Galuppi retrouvée récemment en… Suède, étonne par son andante poignant. Un très beau quatuor : mouvements rapides incisifs et bondissants, précédant des mouvements lents intenses et inspirés. Deux très belles rencontres.

YVES BERGÉ
Avril 2014

Ce programme a été donné le 27 mars dans le cadre du cycle Venise à Marseille initié par l’Institut Culturel Italien, Marseille

Photo : Vagues-souvenirs…-c-Jean-Pierre-Daudon

Institut Culturel Italien
6, rue Fernand Pauriol
13392 Marseille Cedex 05
04 91 48 51 94
http://www.iicmarsiglia.esteri.it/IIC_Marsiglia