Vu par Zibeline

1562 jours : Testimoni d'un chaple, les récits bouleversants en occitan de soldats de la guerre de 14

D’Oc sur un massacre

• 7 novembre 2014, 11 novembre 2014, 21 novembre 2014, 29 novembre 2014, 4 décembre 2014 •
    1562 jours : Testimoni d'un chaple, les récits bouleversants en occitan de soldats de la guerre de 14 - Zibeline

L’histoire est toujours racontée par les vainqueurs. Mais parfois, même ceux qui ont gagné n’ont pas l’opportunité de livrer leurs versions des faits. Ou plutôt, leur récit n’est pas conservé par la grande histoire. Cette année 2014, riche en commémorations, aura permis à certaines traces du passé de resurgir. Les injustices subies par les troupes du Midi lors de la guerre de 14, font partie de ces mémoires restées longtemps enfouies. 1562 jours : Testimoni d’un chaple est une plongée dans la Grande Guerre telle que l’ont vécue les soldats de Provence ou des Cévennes.

Le triste sort du XVe Corps, et ses poilus méridionaux, accusés à tort de lâcheté, pour masquer l’incompétence de l’état-major, y est notamment évoqué. Mais pas seulement. Créé par le Centre d’Etudes de la Parole d’Oc (CEP d’OC) et Esmaï Prod, ce spectacle entre dans l’histoire par une porte dérobée : celle des écrits en langue d’oc pendant la Der des Ders.

En ce début de XXe siècle, les jeunes gens qui sont montés au front ne connaissaient pas tous le français. Mais beaucoup parlaient la langue de leur terroir, qu’ils utilisaient aux champs, à l’usine, à la maison, et donc dans les tranchées. Ils ont raconté la guerre, en breton, en picard ou en provençal, sans que l’histoire officielle daigne considérer ces récits.

Testimoni d’un chaple – témoignage d’un massacre, en provençal – rend hommage à ceux des pays d’Oc. Pas pour donner des leçons, comme le relève Jean-Pierre Belmon, responsable du CEP d’OC, initiateur et concepteur du projet. Simplement pour raconter l’histoire de ces hommes, avec leurs mots, dans leur langue.

Sur la scène, Jean-Pierre Cazot lit ces textes poignants. Ceux de Francis Pouzol, l’instituteur de Villeneuve-lez-Avignon, mort à quelques semaines de l’armistice. Ceux de Marius Jouveau, qui en réchappera. Ceux de Louis Bonfils, qui tiendra un journal de guerre en occitan. A ses côtés, Liza, d’une voix feutrée et profonde, chante en s’accompagnant au piano. Gorizia, en italien, Craonne, en français, ou Lo Tems dei griotas, en oc.

Entre eux deux, sur un écran, défilent des visages de soldats, des images de combats, les traductions des textes, ou des références historiques, le tout orchestré par Patrick Cascino. A la fois spectacle et documentaire, 1562 jours : Testimoni d’un chaple met en lumière un pan de l’histoire méconnu en y ajoutant le frisson de l’émotion. Une réussite.

JAN CYRIL SALEMI
Novembre 2014

Photo : © Colas Declerq

Photo : Affiche 1562 jours : Testimoni d’un chaple © Collection Temple

 

FLYER-1562jours-print-RECTO © Collection Temple

 

1562 jours : Testimoni d’un chaple a été joué le 7 novembre au Théâtre de la Comédie à Marseille, et le 11 novembre à l’hôtel de ville de Cavaillon

Prochaines représentations le 21 novembre à Aramon, le 29 novembre à Dieulefit et le 4 décembre à la Bibliothèque des Archives Départementales à Marseille.

Plus de détails sur le site du CEP d’OC.
www.cepd-oc.fr 

 


Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône
20 rue Mirès
13 003 Marseille
04 13 31 82 00
http://www.biblio13.fr