L’Ex de ma vie, deuxième long métrage de Dorothée Sebbagh, vu en avant-première au Prado le 19 juin

Divorce à la françaiseVu par Zibeline

• 19 juin 2014 •
L’Ex de ma vie, deuxième long métrage de Dorothée Sebbagh, vu en avant-première au Prado le 19 juin - Zibeline

Dans le premier long métrage de Dorothée Sebbagh, une célibataire de 35 ans, Émilie (Sophie Cattani) cherchait un garçon sur «Meet me», égrenant ses rendez-vous dans un Marseille romanesque (lire critique dans Zib’52 ici). Dans L’Ex de ma vie, Ariane (Géraldine Nakache), jeune violoncelliste de talent, en a un de trop ! Un mari superfétatoire qu’elle a quelque peu oublié dans un village romain où il exerce le modeste métier d’instituteur, et qu’elle veut remplacer par un flamboyant chef d’orchestre (Pascal Demolon). Grâce à un budget en hausse, ce deuxième film prend le large et conduit le spectateur d’une Italie vert-blanc-rouge plus ocrée que nature à un Paris de cartes postales. L’idée scénaristique de départ n’était pas mauvaise : il faut plus de trois ans pour divorcer dans le pays des Papes. Ariane, pressée de convoler en secondes noces, ramène son italien (Kim Rossi Stuart) en France pour consommer la séparation en une semaine. Las ! L’Ex aime toujours la musicienne, exige le voyage de noces à Paris qu’elle lui avait promis, au temps béni des amours, et décide de lui «pourrir la vie». Les déboires amoureux, les jeux à deux, trois ou quatre, fondent la comédie sentimentale mais pour qu’elle soit drôle, il y faut des dialogues de qualité, des idées, du rythme, des acteurs dirigés, une mise en scène précise. Ici, les criailleries incessantes de l’ex-couple  agacent plus qu’elles n’amusent. Le comportement hystérique et peu crédible des personnages fatigue, amenant à un dénouement conformiste tellement prévisible ! Du clip publicitaire sur fond d’italianité -la qualité esthétique en moins- au Visitour de la Capitale qui se veut décalé, on perçoit bien une intention de jouer sur les stéréotypes mais à défaut d’aboutir, ne restent que les clichés, sans le jeu. La comédie est un genre casse-gueule. Espérons que la réalisatrice saura retrouver dans son prochain film, l’équilibre, l’inspiration, et la fraîcheur de ses débuts.

ELISE PADOVANI
Juin 2014 

L’Ex de ma vie a été présenté en avant-première au cinéma Le Prado à Marseille, le 19 juin, en présence de la réalisatrice, Dorothée Sebbagh.

Photo : L’Ex de ma vie  de Dorothée Sebbagh © UGC

 

Cinéma le Prado
36 Avenue du Prado
13006 Marseille
04 91 37 66 83
http://www.cinema-leprado.fr/