Vu par Zibeline

Quasi Niente au Théâtre de la Vignette à Montpellier

Dire presque tout avec Quasi niente

• 26 mars 2019⇒27 mars 2019 •
Quasi Niente au Théâtre de la Vignette à Montpellier - Zibeline

Un monument du cinéma sur un plateau. Si on est loin d’une adaptation théâtrale du film Le Désert rouge d’Antonioni (1964), le Quasi niente du duo italien Daria Deflorian et Antonio Tagliarini en est largement inspiré, et le personnage de Giuliana (interprété par Monica Vitti dans l’œuvre originale) est bien l’âme de cette pièce fondée sur ce qui pourrait être un archétype de la dépression.

« Je n’y arrive pas », murmure Monica Piseddu, corps maigre et sec, regard perdu, recélant pourtant une incandescence filtrant d’on ne sait où, mais bien là, imposante. « Retournez-vous ! », intime-t-elle au public ; pour tenter de mieux pouvoir exprimer son incapacité à vivre. Touchante ; et drôle, malgré tout. Suivront Daria Deflorian et Francesca Cuttica, autres incarnations de Giuliana. Autres physiques, autres âges, mais même difficulté avec la réalité et la marche du monde. La scène est dépouillée, comme l’intrigue. Élégance du jeu, du verbe, de l’espace. Tout est à la fois fin et profond. On se laisse porter par les mots incisifs : « Simule une crise d’épilepsie, ça t’épuisera, et tu n’auras plus qu’à t’écrouler », se dit le personnage de Corrado (Antonio Tagliarini, l’amant, « la cinquantaine qui veut paraître sympa »), qui ne sait plus comment canaliser son mal-être. « Je passe mon temps à m’interrompre », confie encore l’une des trois Giuliana. Le « Presque rien », dès le début, tend à signifier quelque chose d’au contraire éminemment important : les soubresauts de vie, qui surnagent dans l’infinie vacuité du paraître, échappant à une pseudo normalité étouffante. Chaque mot alors, le moindre geste, acquièrent un poids qui fait du bien, qui ancrent ce micro-moment intime dans nos déserts intérieurs. Udo, le mari (Benno Steinegger, « celui qui aurait le plus plu à Antonioni »), attrape l’un rares éléments du décor, un fauteuil trouvé dans la rue, et se lance dans une danse éperdue avec le siège rouge. Parfois, les meubles ont plus d’existence que les corps.

ANNA ZISMAN
Avril 2019

Quasi Niente a été joué au Théâtre de la Vignette à Montpellier, les 26 & 27 mars

Photo : © Claudia Pajewski


La Vignette
Université Paul Valéry 3
Route de Mende
34199 Montpellier
04 67 14 55 98
theatre.univ-montp3.fr