Vu par Zibeline

Reg'art Alentours, une exposition collective sur le territoire à voir aux Pénitents Noirs, à Aubagne

D’ici et ailleurs

• 7 mars 2015⇒28 mars 2015 •
Reg'art Alentours, une exposition collective sur le territoire à voir aux Pénitents Noirs, à Aubagne - Zibeline

À la chapelle des Pénitents Noirs d’Aubagne, la quinzième exposition de l’association Reg’art offre le point de vue artistique des habitants sur leur lieu de vie. Et déborde un peu Alentours.
Voici une quinzaine d’années que Martine Huet, initiatrice de l’événement Reg’art, propose aux artistes de la région, principalement amateurs, de présenter librement une œuvre autour d’un thème commun. Une vitrine très prisée des visiteurs qui s’attache aujourd’hui à la question du territoire. Avec l’idée d’Alentours, la commissaire incitait à se pencher sur sa propre sphère de vie, et au-delà, ainsi qu’à concevoir les modalités originales de cette prise en compte singulière.
Nombre des propositions venant des artistes vivant sur le territoire provençal se sont inspirées logiquement d’Aubagne, Marseille, Géménos -comme autant d’étapes structurant la visite- ainsi que de leurs environs, et parfois d’endroits plus spécifiques, comme cette vision amusée de Jakobsën, La rue Terrusse (qui existe bel et bien à Marseille) en alternative à l’origine du monde. On rencontre un bon nombre de peintures -la Provence a toujours été un motif privilégié en particulier pour le genre du paysage- et de pratiques travaillant les matières (Monique Laborie, Chris Bourgue, Hélène Lallemand, Gérard Rocherieux…) mais aussi des sculptures, des photographies (Patrick Massaïa, une vue changeante de son balcon par Jean-Christophe Lett), des travaux en numérique/digital (Valérie Ghô, Stéphane Testa, Frédérique Bollet) qui transfigurent ou poétisent le réel. Chantal Taffin interroge sa proximité domestique : Sur mon toit que se passe-t-il ? D’autres se déplacent vers le mythe, en clin d’œil comme cette Tour de Ba’Belle de René Dao, installation éphémère en référence à la Marseille cosmopolite.
«On pense puiser dans son imagination mais le thème vient souvent de l’air du temps, précise Martine Huet. Aujourd’hui la question du lieu de vie est importante, ce qui concerne aussi l’environnement, l’urbanisme, l’impact humain sur le paysage. C’est très actuel. Dans les œuvres présentées il n’y a pas de volonté de dénoncer des abus, des problèmes. Ce qui se révèle c’est plutôt une préoccupation esthétique, le ressenti plus que l’engagement. Une certaine forme d’idéalisation propre aux artistes. Et avec ma proposition, je ne voulais pas les enfermer dans une idée particulière.» Dans une période régressive pour toutes les formes de cultures, l’initiative de Reg’art est d’autant plus méritante en regard de sa longévité (depuis 1999 et récemment ouverte à la gente masculine) et de la modestie des moyens. Gageons que la thématique avancée pour la prochaine édition, autour des mythes et légendes, sera une façon d’ouvrir encore davantage les esprits et de renouveler la création régionale.

CLAUDE LORIN
Mars 2015

Reg’art Alentours
jusqu’au 28 mars
Centre d’art des Pénitents Noirs, Aubagne

photo : Les oeuvres de Maryse Miraglia (premier plan) et Chrystel Regord-Mounié, Reg’art Alentours, 2015 © C. Lorin, Zibeline


Chapelle des Pénitents Noirs
Les Aires saint-Michel
13 400 Aubagne
04 42 18 17 26
http://www.aubagne.fr/fr/services/sortir-se-cultiver/les-penitents-noirs.html