Dialogue autour d’un oiseauVu par Zibeline

 - Zibeline

Un chant d’oiseau s’élève sur la place de l’opéra. Les têtes se lèvent, les yeux s’interrogent : où est l’oiseau ? Puis comprennent : c’est un automate dans une cage, à côté de l’instrument de Pierre Charrial. Celui-ci actionne la manivelle de son petit orgue de barbarie, et le papier perforé défile. Des sons étranges répondent à l’oiseau. Puis le «tourneur» actionne un orgue plus grand aux cartons perforés carrés : l’orgue, récent, d’aspect et fonctionnement traditionnels, concède à la modernité une pompe à air. Puis d’autres sons surviennent… un autre musicien est installé sur le côté du parvis derrière ses ordinateurs : Christian Sébille, compositeur électroacoustique, directeur du GMEM. Il récupère les notes fixées de l’orgue, les transforme et les mixe en temps réel. Les sons se répondent, se superposent se répandent. Le dernier mot, juste avant la sirène de fin, revient à l’oiseau mécanique, métaphore de cette rencontre inédite. Une inhabituelle conversation, qui amorce le Festival les Musiques (voir p32).

CHRIS BOURGUE

Mai 2012

 

La mécanique des orgues, coproduite par Lieux Publics et le GMEM, a résonné le 2 mai à midi pile sur le parvis de l’opéra de Marseille