Relecture jubilatoire de Barbe Bleue par Macompagnie à Gardanne

Dévorations primitivesVu par Zibeline

Relecture jubilatoire de Barbe Bleue par Macompagnie à Gardanne  - Zibeline

Les variations autour du conte de la Barbe Bleue prolifèrent, se nichent dans l’opéra, croisent la route de la psychanalyse, empruntent aux textes antiques (le célèbre « Anne, ma sœur Anne » venant tout droit de l’Énéide virgilienne, « Anna soror » de Didon), trouvent des échos dans l’histoire (la grande) et les légendes… jusqu’à faire de ses personnages des archétypes. C’est dans cet humus des contes que s’est fondée il y a huit ans Macompagnie avec Jeanne Béziers. Renouant avec une forme de spectacle complet, elle installe ses créations au carrefour des genres. La joyeuse équipe des débuts reprend sa première création (2011), Anne, ma sœur Anne, théâtre musical déjanté adressé aux enfants dès huit ans mais accessible aux « grands ». Les six comédiens sur scène, Pierre-Yves Bernard, Martin Mabz, Jeanne Béziers, Cédric Cartaut, Hélène Darriot, Barbara Galtier, endossent tous les rôles, chantent, jouent, dansent, avec une énergie que n’émoussent pas les ans. La scénographie, efficace de simplicité, permet le passage de la maison des deux sœurs, Anne et Hélène, à celle de Barbe Bleue, ses cachots et ses tours, la musique de Martin Mabz a gagné en complexité, offrant des partitions entraînantes, d’une belle difficulté vocale, cultivant les demi-tons, osant polyphonie et contre-chants, qui dessinent une ossature puissante à la pièce dont la cruauté ouvre le bal : « montrez-vos dents, sortez les canines ! » entonnent les interprètes en préambule, tandis que régisseur-preneur de sons tend au-dessus d’eux le micro au bout d’une perche. On rit beaucoup, on se laisse prendre par le récit, les artifices de théâtre, les mises en abîme, l’infléchissement des codes : Hélène, sauvée par des frères brutaux, mange le cœur de Barbe Bleue. Elle en hérite une vaste fortune, ainsi que la tentation d’adopter ses cruautés à l’encontre de ses futurs maris… La moralité du conte repose-t-elle sur la condamnation de la curiosité ? Cette relecture contemporaine déplace insensiblement le propos. Jubilatoire et profond.

MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2020

Anne ma sœur Anne a été recréé les 8 & 9 décembre à la Maison du Peuple, Gardanne

Photo : © Christian Milord

Maison du peuple
Avenue Léo Lagrange
13120 Gardanne
04 42 65 77 00
http://www.ville-gardanne.fr/Maison-du-peuple