Vu par Zibeline

À la table des hommes, dernier roman de Sylvie Germain paru chez Albin Michel

Devenir un homme

À la table des hommes, dernier roman de Sylvie Germain paru chez Albin Michel - Zibeline

Le début du dernier roman de Sylvie Germain nous plonge dans le chaos, la guerre et le sang. Seul rescapé d’un massacre, un porcelet apprend très vite à se méfier des hommes et survit avec quelques animaux de ferme et une jeune corneille. L’intervention du fantastique dans le récit métamorphose le goret en enfant sauvage. Moment culminant du roman où l’on retrouve la patte subtile de l’auteure qui nous plonge dans son univers si particulier mêlant le fantastique poétique et le réalisme le plus cru. Commencera alors l’apprentissage de celui qui sera nommé Babel par les habitants revenus, la guerre finie, pour reconstruire sur les ruines. La doyenne le recueille, lui apprend à porter des vêtements et quelques rudiments d’éducation pour une vie en communauté. Cependant la présence de l’étranger trouble, et sa différence dérange surtout les autres enfants. Le « gosse » sera éloigné définitivement pour le soustraire à leur haine. Yelnat, qui autrefois s’est battu contre un régime totalitaire, l’emmène ailleurs, dans un pays où l’on parle une autre langue. Accueilli par deux frères dans une immense demeure, une autre vie et un nouvel apprentissage commencent pour lui. Sylvie Germain développe les notions d’amitié, d’épanouissement dans le partage. « Exister un peu aux yeux des autres », voilà une notion qui donne envie de vivre. La fiction baigne dans un climat très actuel où l’on reconnaît entre les lignes les conflits qui ont déchiré l’Europe orientale et même la trace en filigrane des crimes actuels inspirés de l’intolérance. Message d’espoir néanmoins.

CHRIS BOURGUE
Avril 2016

À la table des hommes
Sylvie Germain
Albin Michel, 19,80 €

Sylvie Germain sera en résidence à Marseille à La Marelle à partir de septembre en compagnie du photographe Tadeusz Kluba avec un projet sur les « trous » de mémoire