Vu par Zibeline

Deux Moi, treizième film de Cédric Klapisch, est en salles

Deux moi

• 11 septembre 2019⇒25 septembre 2019 •
Deux Moi, treizième film de Cédric Klapisch, est en salles - Zibeline

Dès le début du treizième film de Cédric Klapisch, Deux Moi, le dispositif est énoncé. Nous allons suivre le trajet de deux trentenaires, seuls dans la « grande ville », traînant leur enfance abimée. Elle, c’est Mélanie (Ana Girardot), biologiste dans un institut de recherches en immunothérapie cancéreuse, qui prépare la présentation aux financeurs des projets du programme sur lequel elle travaille. Lui, c’est Rémi (François Civil) employé dans un entrepôt de e-Commerce en pleine restructuration. Ils habitent rue Max Dormoy, à Paris, dans deux immeubles mitoyens. Côte à côte, de leurs fenêtres, ils voient passer les mêmes trains, se déplacent dans les mêmes rues. Sans se voir, ils font leurs courses dans la même épicerie de quartier, tout en couleurs, chaleureuse, conviviale, aux antipodes des sites marchands, tenue par Mansour (Simon Abkarian) qui, en conseillant les meilleurs produits, fabrique du lien. Mais, refrain connu, à l’heure des réseaux sociaux qui « fabriquent du froid et de la sur-distance » grande est la solitude. Aussi, Rémi et Mélanie, en pleine dépression, ont-ils besoin de soigner leur Moi, de mettre des mots sur leur mal être, eux qui balbutient, trébuchent et ne s’autorisent pas à être heureux. Ce qu’ils font, lui, chez son psychothérapeute (François Berléand), elle chez sa psychanalyste (Camille Cottin)…

Si l’on accepte de jouer le jeu, d’attendre, tout au long du film, le moment où ces deux MOI vont accepter d’être deux SOI pour pouvoir devenir éventuellement un NOUS, de guetter le point où leur faiblesse va devenir une force et leur gentillesse cesser d’être un handicap, si on ne s’agace pas des métaphores un peu appuyées, allant du moteur à explosion au mur d’escalade, le scénario, écrit à quatre mains par Cédric Klapisch et Santiago Amigorena, fonctionne. Si on préfère être surpris, on risque de s’ennuyer un peu malgré des décors soignés : les plans d’immeubles font penser aux photographies de Michael Wolf, la salle de bain de Mélanie est rose comme un bonbon sucré. Les fans de Klapisch y repéreront des clins d’œil à la filmographie du réalisateur, un chat (que chacun cherche), une apparition hitchcockienne, sa touchante tendresse pour ses personnages. Ils y retrouveront surtout avec plaisir les comédiens de son film précédent, Ce qui nous lie, Ana Girardot et François Civil ainsi que les compositeurs avec qui il travaille depuis vingt ans, Loïk Dury et Christophe Minck. Quelques séquences réjouissantes comme la leçon de Kompa, danse africaine, qui réconcilient les corps avec eux-mêmes et avec les autres. Mais cela suffit-il à faire un bon film ? Car ni drame, ni comédie romantique, le film a du mal à trouver un point d’ancrage, à proposer un regard neuf et à communiquer une émotion.

ANNIE GAVA et ELISE PADOVANI
Septembre 2019

Le film a été présenté le 6 juin au cinéma Le Cézanne à Aix-en- Provence en présence de Cédric Klapisch et d’Ana Girardot

Il est sorti en salle le 11 septembre (1h50)

Photo : Deux Moi 2 © Emmanuelle Jacobs on-Roques – Ce qui me meut


Les Cinémas Aixois :

Le Cézanne
1 rue Marcel Guillaume
Renoir
24 Cours Mirabeau
Mazarin
6 rue Laroque

13100 Aix en Provence
08 92 68 72 70
http://www.lescinemasaixois.com/