Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Les Empreintes de Céline Boyer aux éditions Parenthèses

Destins croisés

Les Empreintes de Céline Boyer aux éditions Parenthèses - Zibeline

Surprise, dès la première de couverture Empreintes se déplie en poster et le procédé se répète à chaque page ! Ce qui rend sa lecture originale, et fragile. Il faut déployer avec délicatesse l’origami imaginé par Céline Boyer et les éditions Parenthèses : des portraits du monde nés d’une pulsion autobiographique, des réminiscences d’un passé familial russe redécouvert à la faveur de vieilles photographies et d’un globe terrestre sur lequel elle a pointé son index. Tel est le déclencheur de ce projet documentaire, photographique et littéraire réalisé par la jeune plasticienne partie en quête des paroles («une part de leur intimité») d’amis, de proches, de personnes inconnues qui ont un jour quitté leur terre natale. Fils de mémoire reconstitués en matière photographique par la superposition des tracés cartographiques de leur migration et des lignes de leurs mains… De carte en carte donc, le lecteur croise Sahirstan, 35 ans, qui ne peut «résumer [sa] vie de Kurde, [son] pays le Kurdistan et [ses] ancêtres les Mea de Mésopotamie seulement en quelques lignes» ; Marie-Ange, 24 ans, qui ne se souvient pas de sa langue natale : «ma vie a commencé, je peux le dire, à mon arrivée en France», et qui retourne en Colombie à travers ses rêves… Ici tout leur appartient : leur paume de main ouverte, leur terre, leurs récits. Céline Boyer leur offre un nouveau statut, une reconnaissance et une visibilité dans un travail qui s’apparente, selon Guillaume Monsaingeon, à «une série animée de carto-photographies collectives», ni scientifique, ni ethnologique.
Les photos réalisées dès 2009 dans le Doubs, les Deux Sèvres, le territoire de Belfort et, récemment, dans le Var, sont publiées dans Empreintes à l’occasion de l’exposition Mappamundi qui donne à voir les grands formats sur les grilles extérieures de l’Hôtel des Arts de Toulon (du 16 mars au 12 mai).

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

Avril 2013

Empreintes
Céline Boyer
Parenthèses, 18 €