Vu par Zibeline

Sang de cerisier au théâtre de Lenche : le Japon exprimant ses douleurs du passé et du présent

Désastre et effroi

Sang de cerisier au théâtre de Lenche : le Japon exprimant ses douleurs du passé et du présent - Zibeline

Le 11 mars 2011, une vague déferlante s’abat sur les côtes du Tohoku, au Japon, et fait partir en fumée quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima. La Cie Le bruit des Hommes crée Sang de cerisier: un travail sur le désespoir, la colère et l’espoir. Sous la direction de Yoshi Oïda, connu pour sa longue collaboration avec Peter Brook, cinq comédiens et un musicien mêlent leurs émotions et leurs corps à « l’intarissable source de désir de vie ». Le texte de ce spectacle est inspiré de matériaux sur le Japon et sur la catastrophe qui a bouleversé le pays et l’opinion publique: littérature, essais, blogs, articles de presse, témoignages ou encore impressions de voyages. «L’essentiel est la simplicité, la pureté.» dit l’auteur. En effet, quelques pneus usés ou des vieilles branches sur la scène font comprendre l’horreur de la chose: victimes au volant d’une voiture, paysages ravagés…Ici, c’est le vrai Japon qui s’exprime et non pas celui que s’imaginent les occidentaux. Une sincérité se dégage du seul pays à avoir subi le feu nucléaire sur les ruines même des deux bombardements de 1945. Et si le théâtre, la narration et le chant sont parfois frêles dans le traitement du sujet, c’est parce qu’il est très vaste. Il suffit d’accepter de ne pas tout comprendre pour se laisser émouvoir par la parole d’un pays bouleversé qui craint encore une catastrophe dans le futur.
ALICE LAY
Mars 2015

Sang de cerisier a été joué au Théâtre de Lenche, Marseille du 6 au 14 mars


Théâtre de Lenche
4 Place de Lenche
13002 Marseille
04 91 91 52 22
http://www.theatredelenche.info/