Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Au domaine départemental du Château d'Avignon, Le domaine des murmures #1 résonne jusqu'au 19 octobre

Des ondes au château

• 19 juillet 2014⇒19 octobre 2014, 20 septembre 2014⇒21 septembre 2014, 28 septembre 2014 •
Vérifier les jours off sur la période
Au domaine départemental du Château d'Avignon, Le domaine des murmures #1 résonne jusqu'au 19 octobre - Zibeline

L’exposition contemporaine au Château d’Avignon est triplement exceptionnelle. Parce qu’elle inscrit les œuvres dans un rapport pertinent avec l’ensemble patrimonial d’une demeure et d’un parc exceptionnels ; parce que son art contemporain est essentiellement sonore, musical, en résonnance d’ondes avec la maitrise des eaux désirée en son temps par le châtelain Noilly Prat, qui mit en œuvre l’eau courante entre Petit Rhône et marais ; et parce qu’hélas elle risque d’être la dernière exposition temporaire du lieu, le Conseil Général 13 ayant apparemment décidé de restreindre l’aura de ce domaine départemental à son seul patrimoine technique.
Les journées d’ouverture (les 19 et 20 juin), malgré l’orage et les moustiques, ont rassemblé un public nombreux, venu de loin ou passant par là, à l’écoute des œuvres composées en collaboration avec le GMEM. Il faut dire que la proposition artistique est riche, avec 13 commandes à 12 artistes passionnants. Certains racontent, comme Carole Rieussec qui murmure la grande prairie, ou Marie Chené et Pascal Messaoudi qui détournent avec malice les explications de l’audio-guide et procèdent à des collages signifiants, transformant la visite de la salle de bain en récit anthropophage… Plus strictement musicales, les pièces de Julien Clauss ou Pierre Berthet surprennent par leur poésie : l’un a capté et travaillé la structure sonore du château d’eau, ses rondeurs, sa hauteur et ses réverbérations, pour en faire entendre le son diffusé au-dedans ; l’autre a installé dans la bambouseraie un dispositif impressionnant de fil et de bidon qui vibrent et produisent un son qu’ils amplifient eux mêmes… donnant au passant l’impression d’avoir changé d’oreille, pour percevoir le vrai son des choses. À l’inverse de Pierre Laurent Cassière avec son schizophone, casque qui déforme mécaniquement les sons réels et donne une étrange impression de diffusion stéréophonique de l’environnement !
La pièce de Dominique Petitgand, faite de petits événements discontinus, semble plus anecdotique, de même que d’autres œuvres visuelles : Emmanuel Lagarrigue qui transforme les sons en impulsions lumineuses, Valère Costes qui fabrique une machine à nuage, Arno Fabre qui crée une cloche tournante, ou Franck Lesbros qui filme les belles vibrations de l’eau que produit une voix humaine.
Regardant plutôt vers les voix rêvées des contes, Emma Dusong installe au château une Valise qui s’ouvre et parle, hantant la chambre d’apparat, et dans le parc les pieds dans l’eau deux Sirènes, périscopes rouges diffusant une voix d’enfant, qui implore en chantant l’amour de sa mère… On en frissonne encore !
Ces installations hanteront le Château d’Avignon jusqu’au 19 octobre, et se ponctueront d’événements exceptionnels : le 17 août il y aura le Cirque Pouce et Moussu T pour des acrobaties tout public et concert. Et à la rentrée, les Journées Européennes du Patrimoine (les 20 et 21 septembre) et la Fête des Parcs (le 28 septembre). L’occasion d’un tour en Camargue pour finir l’été ?

AGNÈS FRESCHEL
Juillet 2014

Le domaine des murmures #1
jusqu’au 19 octobre
Château d’Avignon, Saintes-Maries-de-la-Mer
04 13 31 94 54
www.chateaudavignon.fr

Photo : © ADAGP, Autoportrait au Schizophone, Pierre Laurent Cassière, 2006