Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Laura à La Havane d'Angel Santiesteban

Des nouvelles de Cuba

Laura à La Havane  d'Angel Santiesteban   - Zibeline

Jacques Aubergy, libraire et éditeur, fin connaisseur de la littérature noire et des nombreuses voix de l’Amérique du Sud, a suivi les conseils de ses amis latino-américains. Il publie aujourd’hui, sous le titre Laura à La Havane, un recueil de dix nouvelles du Cubain Angel Santiesteban. Dix textes intenses, parfois déchirants, que le public français peut ainsi découvrir.

Santiesteban, né en 1966, est célèbre sur le continent sud-américain où il a remporté plusieurs prix prestigieux ; il est donc juste que les Éditions L’atinoir fassent connaître ce nouvelliste, resté à Cuba envers et contre tout, dans des conditions matérielles et professionnelles effroyables, comme le note l’éditeur dans son avant-propos. Karla Suarez a vécu la période où se situent les dix récits : le début des années 1990 «au moment où Cuba entrait dans une crise brutale qui finirait par tout bouleverser», écrit-elle dans la préface qu’elle a rédigée. De cette période terrible, qui a contraint au départ bon nombre des intellectuels et artistes de sa génération, elle a tiré un roman, La Havane année zéro (voir Zib’52). Angel Santiesteban pratique, lui, ce qu’elle appelle «l’art de la brièveté» et il le fait avec un grand talent. Dix nouvelles donc, comme autant de fragments de la réalité cubaine des dernières années du vingtième siècle. Une réalité plus que difficile, puisqu’on y croise dès le premier récit des candidats à l’exil fuyant sur des radeaux et bien peu sûrs d’arriver à bon port (Les enfants dont personne n’a voulu), qu’on y rencontre au fil des pages la prison, la guerre en Angola (terrible Les oubliés), la prostitution et les trafics nécessaires pour survivre (La rivière aux eaux tranquilles), la censure et les difficultés propres aux écrivains et aux intellectuels. Et si le ton se teinte parfois d’humour ou se décale dans le surnaturel, la plupart des textes sont empreints d’un réalisme brut et d’une grande attention aux détails, même les plus sordides. Ainsi le lecteur se trouve-t-il plongé dans ces existences désespérées, frappé de plein fouet. Profondément et durablement touché.

FRED ROBERT

Janvier 2013

Laura à La Havane

Angel Santiesteban 

L’atinoir, 14 €