L’Homme qui marche, le nouveau roman de Jean-Paul Delfino aux éditions Héloïse d’Ormesson

Des mots pour goûter le mondeLu par Zibeline

« Moyen » c’est le qualificatif qui ressemble le plus à Théophraste Sentiero, du moins c’est ainsi qu’il se qualifie : une vie sans ambition, de petits boulots sans passion, un mariage sans grandes envolées amoureuses, des enfants sans relation profonde, bref ce protagoniste du dernier roman de Jean-Pierre Delfino, L’homme qui marche n’a pas de quoi enthousiasmer les foules. Aucune référence à une quelconque statuaire, Théo évolue dans un univers sans livres ni musées… la déveine le suit depuis son anniversaire, le 25 décembre, le privant d’une fête bien à [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous