Vu par Zibeline

Le Festival Grains de Sel, une belle recette pour aimer les livres !

Des livres pour grandir

Le Festival Grains de Sel, une belle recette pour aimer les livres ! - Zibeline

Des livres, des rencontres, des expositions, de la philo, du bio, des spectacles, des dédicaces, des duels de dessins, des ateliers, des démarches solidaires, implication dans le monde, le Festival du livre et de la parole d’enfant, Grains de sel, c’est tout cela et aussi le bonheur simple de la familiarité des livres, dans un cadre qui malgré son ampleur, jamais n’écrase. La question du maintien de cette manifestation s’est posée bien sûr. La durée en a été réduite, le jeudi 19 et le vendredi 20 novembre n’ont pas été destinés au public, restreignant la manifestation aux interventions des écrivains dans les classes d’Aubagne, et deux spectacles «plus transportables que les autres», sourit le responsable de la programmation jeune public, Jean-Marie Tedesco. Si l’on a ainsi moins vu les chèques-lecture présentés par les jeunes lecteurs, le week-end a cependant connu une belle affluence, liée à la fois à la qualité de cette fête et au caractère militant que prend désormais le fait culturel.

Aux caisses était mis en avant le court ouvrage Eux, c’est nous, publié par plus de quarante éditeurs jeunesse, et dont les revenus sont intégralement versés à La Cimade (association de solidarité active avec les migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile). Les dessins bouleversants de Serge Bloch illustrent et commentent les textes de Daniel Pennac, L’instinct, le cœur et la raison, qui souligne l’urgence, le devoir humain, rappelle l’histoire, les vagues de personnes accueillies et qui aujourd’hui contribuent à la prospérité de la France ; et de Jessie Magana et Carole Saturno Réfugiés en huit lettres, où chaque lettre devient l’initiale d’un mot, sujet d’un petit chapitre, Réfugié, Étranger, Frontière, Urgence, Guerre, Immigration, Économie, Solidarité…

La solidarité était aussi présente avec l’UNICEF, dont la ville d’Aubagne est partenaire, dépositaire du titre Ville Amie des Enfants ; titre renouvelé le 20 novembre à la date anniversaire de la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant, en présence du Maire d’Aubagne, Gérard Gazay et de Françoise Baretta, Présidente du comité départemental de l’UNICEF 13. Engagement encore avec le COBIAC (Collectif de Bibliothécaires et Intervenants en Action Culturelle) qui agit au niveau national et international pour le développement de la lecture et des bibliothèques. Les bénévoles expliquent avec passion les projets, les actions, comme les sept bibliothèques de village créées au Laos, la coopération avec le Liban, le soutien des chaînes du livre locales, les dons de livres, respectant les destinataires, tant par les contenus que par la qualité des ouvrages, littéraire ou scientifique… des livres jeunesse édités au Liban étaient proposés à la vente, et un appel était lancé pour soutenir le projet de création d’un centre de ressources dédié au conte, Tanawa Congo

Grains de Sel s’abritait dans différents espaces. Le Salon Shéhérazade invitait les auteurs et illustrateurs (quasiment quarante !) au jeu des dédicaces, d’un partage fructueux avec les lecteurs, qui retrouvent, découvrent, écoutent à l’Escale Rencontres leurs histoires, leur démarche, lors de dialogues délicatement orchestrés par Maya Michalon lorsqu’elle n’arbitre pas un hilarant et déjanté duel de dessins ! Le virtuel est de la partie avec la proposition de tester sur tablettes les applications jeunesse par la Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône. Pagnol est à l’honneur, présenté par son petit-fils, Nicolas Pagnol et Serge Scotto, co-scénariste des BD… Œuvres complètes, réécriture sous forme de BD, petite exposition sur les axes qui ont déterminé cette réécriture, concours de nouvelles… Un point d’orgue à l’année Pagnol dont Aubagne a fêté les 120 ans.

L’Espace des Libertés, dans la salle Stéphane Hessel, accordait à chacun la capacité de construire son itinéraire, de découvrir les sens des mots, de jouer, de confectionner des papillons en origami, de comprendre les étapes de la fabrication d’un livre (dans le cadre des 50 ans d’édition de l’École des loisirs), de philosopher dès l’âge de cinq ans, de questionner les sciences, de découvrir les bienfaits de la sophrologie, de réviser les Droits de l’Enfant, de créer l’éphémère, de déguster les gourmandises en s’initiant aux métiers du commerce et de l’artisanat… sans oublier les jeux, essentiels à tout développement.

Des spectacles enfin, offraient leur lecture du monde. À l’Espace du Bras d’Or, on pouvait par exemple applaudir le conteur Pierre Delye et son P’tit Bonhomme & compagnie. Avec une désarmante simplicité, un sens de la répartie qui conquiert l’auditoire, il nous entraîne à la suite de ce papa et de cette maman qui n’étaient ni papa ni maman au début de l’histoire, et qui vont avoir un si petit enfant que d’incroyables péripéties surviennent… on rit, les enfants comme les parents, on s’attache, on est séduit par l’infinie tendresse qui enveloppe le conte, que l’on retrouve ensuite dans de charmants albums illustrés par Martine Bourre.

Au théâtre Comœdia, la grande salle était réservée aux Aventures de Pinocchio par L’Autre compagnie. Le texte de Collodi est remarquablement adapté et mis en scène par Frédéric Garbe, qui sait à la fois mettre en évidence les moments clés de l’histoire de la marionnette, sans jamais trahir l’esprit de ce conte initiatique. La sobriété des décors est magnifiée par les dessins projetés en fond de scène, qui suivent la course du pantin ou esquissent les entrailles ténébreuses du requin (effectivement, chez Collodi, ce n’est pas une baleine, n’en déplaise à Disney !)… On joue sur la riche palette des registres, doublant les péripéties d’un regard ironique et tendre. Les acteurs servent avec virtuosité ce petit bijou ; la danseuse et comédienne Youna Noiret, exceptionnelle dans le rôle-titre, campe avec humour et finesse un Pinocchio irrésistible, Laëtitia Vitteau, Fée Bleue perspicace, manipule aussi la marionnette de bois aux côtés de Stéphane Bault et de Gilbert Traïna.

Enfin, la salle Sicard du théâtre Comœdia accueillait la Compagnie Nansouk pour Le Presque Petit Chaperon Rouge, où l’on voit un Charles Perrault assailli par d’impitoyables créanciers qui veulent lui voler ses histoires. Un auteur sauvé par ses personnages, voilà le sujet de la pièce, portée de bout en bout par une irrésistible et farfelue Charly Blanche dans la mise en scène de pop-up géant de Marie-José Lafon… Les livres mènent à tout ! Quel bonheur !

MARYVONNE COLOMBANI
Novembre 2015

Le Festival Grains de sel s’est déroulé à Aubagne du 19 au 22 novembre

Eux, c’est nous. Avec un texte inédit de Daniel Pennac. Les éditeurs jeunesse Avec les Réfugiés (3€)
COBIAC : www.cobiac.org
Projet Tanawa Congo : fr.ulule.com/tanawacongo

À venir:
Pinocchio vendredi 27 Novembre à 9h30 et 19h
Théâtre Antoine Vitez / Aix en Provence / Festival Mômaix
04 13 55 35 76
www.theatre-vitez.com/

Mardi 1er décembre 9h30 et 14h
Le Carré / Sainte Maxime
04 94 56 77 77
www.carreleongaumont.com/

Jeudi 28 janvier à 21h
Vendredi 29 janvier à 14h et 19h
Théâtre des Halles / Avignon / Fest’Hiver
04 32 76 24 51
www.theatredeshalles.com/

Photo © MyCL