Rencontre littéraire avec Clément Belin et Guillaume de Monfreid, à Marseille

Des hommes et des vaguesLu par Zibeline

Rencontre littéraire avec Clément Belin et Guillaume de Monfreid, à Marseille - Zibeline

La première édition de Bleue n’aurait pu s’imaginer sans l’évocation de quelques récits, pleins du bruit du ressac et de la fureur océane. Rendez-vous donc avec deux amoureux de la mer ; à quelques encablures des mâts du port, dans le fastueux Salon d’honneur du Palais de la Bourse, aux murs ornés de tableaux du Vieux-Port autrefois. Fabienne Pavia a choisi d’y faire dialoguer Clément Belin et Guillaume de Monfreid. Le premier, officier de la marine marchande, est également dessinateur de BD. On lui doit notamment la très belle adaptation du non moins beau roman de Jean-Claude Izzo Les marins perdus (Futuropolis, 2008). Aujourd’hui il est surtout là pour parler de Fortune de mer, une bande dessinée éditée en 2017 (chez Futuropolis toujours) sur un scénario de Costès. Pour réaliser cette chronique de la vie à bord et des difficultés d’un métier plein d’écueils, les deux auteurs se sont inspirés de leurs navigations, en particulier sur le remorqueur « Bourdon » (spécialisé dans les remorquages de « géants des mers » menacés par la tempête). Une occasion d’évoquer aussi les équipages de ces gigantesques navires de commerce et leurs conditions de travail souvent déplorables.

Face à lui, Guillaume de Monfreid, venu présenter Vagues, la mer dans tous ses états (Glénat, 2013), un beau livre illustré des aquarelles de l’auteur. À chaque état de la mer, -dix degrés allant de « calme » à « énorme », selon le tableau de Douglas- ses aquarelles (avec leur lumière particulière, qu’il a parfois fallu traquer plusieurs années ) et un texte, toujours très personnel, de celui qui n’en est jamais resté éloigné… comme son illustre grand-père, Henry. Cet « impossible grand-père » dont on ne pouvait évidemment pas ne pas parler ! Une biographie sensible de son petit-fils (Henry de Monfreid, impossible grand-père, Glénat, 2017) rend hommage à cet infatigable écumeur des mers, doublé d’un écrivain prolixe. Et donne grande envie de lire l’abondante correspondance et tous les récits de voyages en mer de cet extraordinaire aventurier. Afin de mieux rêver la mer… à défaut de la prendre !
FRED ROBERT
Octobre 2021

Clément Belin et Guillaume de Monfreid étaient invités dans le cadre de Bleue, à une rencontre littéraire organisée par Oh les beaux jours !, le 10 octobre à la CCI, Marseille

Photo © DR