Vu par ZibelineExcess will save us, de Morgane Dziurla-Petit, obtient le Grand Prix de la 37ème édition du festival Tous courts, à Aix-en-Provence

Des courts qui en disent long

Excess will save us, de Morgane Dziurla-Petit, obtient le Grand Prix de la 37ème édition du festival Tous courts, à Aix-en-Provence - Zibeline

La 37e édition du festival Tous courts a rempli, cette année encore, les salles aixoises avec une programmation foisonnante et extraordinairement diversifiée qui donne un peu le tournis, à l’instar du carrousel de l’affiche.

On passe d’un univers à l’autre, d’une émotion à l’autre. Parfois, on aimerait descendre du manège et s’arrêter sur un film. Excess Will save us de Morgane Dziurla-Petit ou Mémorable de Bruno Collet par exemple. Le premier est un documentaire sur un fait divers. À Villereau, village du Nord de la France dont la réalisatrice franco suédoise est originaire, un jour, deux travailleurs polonais ivres se sont disputés et un chasseur a tué un pigeon. Une villageoise a entendu le coup de feu, pensé aux étrangers et donné l’alarme, affirmant avoir entendu Allah Akbar. Une alerte terroriste a aussitôt été lancée, mobilisant les grands moyens. Après coup, la cinéaste interroge les habitants, filme ce village où il n’y a rien et où rien ne se passe. Une jeune femme marche à reculons mais ce n’est pas elle qui est bizarre, ce sont les Inquiets paranoïaques un tantinet racistes qui font trembler. L’étrangeté s’installe dans la fixité des plans et une vache blanche au milieu d’un champ ne paraît plus si inoffensive que ça ! On rit jaune de ces gens et du grand-père se barricadant fusil au poing, traitant de tous les noms les « ennemis » imaginaires !

Le second est Mémorable, un film d’animation en 3D. Bruno Collet y met en scène un peintre, Louis, et sa femme Michelle. Le film accompagne Louis, atteint de la maladie d’Alzheimer, dans sa déstructuration mémorielle. Les personnages et leur environnement se décomposent, se recomposent en épaisses touches de peinture écrasées, estompées, pulvérisées. On reconnaît Van Gogh, Freud, Bacon, Giacometti dans la perception mouvante de la pâte du réel. André Wilms prête sa voix à Louis qui conserve son humour jusque dans le naufrage et Dominique Reymond à Michelle qui s’est mariée pour le meilleur et… le pire. C’est tout à la fois beau, grave, triste et gai, doux comme la tendresse. Les courts décidément, ça en dit parfois très long !

ÉLISE PADOVANI

Décembre 2019

Photo Tous courts Mémorable ©Vivement-lundi

Le festival Tous Courts a eu lieu à Aix-en-Provence du 3 au 7 décembre

Le film Excess will save us de Morgane Dziurla-Petit a obtenu le Grand Prix.