Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Un obus dans le cœur, beau solo de Guillaume Séverac-Schmitz aux Bernardines

Des couleurs pour vaincre la peur

Un obus dans le cœur, beau solo de Guillaume Séverac-Schmitz aux Bernardines - Zibeline

La petite scène du Théâtre des Bernardines se prête bien aux spectacles en solo car elle offre un écrin aux comédiens, que Guillaume Séverac-Schmitz, interprète et metteur en scène d’Un obus dans le cœur, utilise à la perfection. Le texte de Wajdi Mouawad aborde un thème sérieux et difficile, qui pouvait laisser craindre une atmosphère lourde, une inquiétude latente pour le spectateur : un jeune homme de 19 ans est réveillé par le téléphone en pleine nuit, sa mère agonise, il doit se rendre à l’hôpital pour recueillir en famille son dernier souffle. Il y a plus joyeux ! Or malgré la gravité du propos, Guillaume Séverac-Schmitz nous offre un spectacle rythmé, énergique, avec une scénographie épurée (une chaise et une grande toile blanche au mur), superbement éclairé par Pascale Bongiovanni, parfaitement accompagné de musiques choisies par un groupe de quatre artistes… Le jeune Wahab part donc en pleine nuit dans la neige et le froid au chevet de sa mère. La traversée de la ville silencieuse le remplit d’angoisse et lui rappelle soudain un moment de douleur identique : à l’âge de 7 ans au Liban, il avait été témoin d’un attentat au cours duquel un terroriste avait aspergé d’essence un bus et ses passagers, et y avait mis le feu. Wahab avait alors soutenu le regard d’un enfant de son âge pris par les flammes. La même colère et la même révolte jaillissent ensemble, mêlant sentiment d’impuissance et d’abandon. La langue robuste et colorée de Mouawad éclate alors avec force, les mots claquent, les images explosent. Les lycéens, nombreux dans le public, sont quasiment hypnotisés par les mots mais aussi par le jeu très physique de l’acteur qui saute, court sur le plateau. Les souvenirs du passé se mêlent aux rêves et au vécu mais annonce aussi le futur. Très belle image finale de Wahab qui arrive avec des bouteilles de gouache et se met à peindre affirmant dès lors sa vocation d’artiste et son entrée dans la vie d’adulte.

CHRIS BOURGUE
Décembre 2017

Un obus dans le cœur s’est joué au Théâtre des Bernardines du 12 au 16 décembre – mise en scène et jeu Guillaume Séverac-Schmitz artiste accompagné par le Gymnase-Bernardines – coproduit par le CDN de Montpellier

Photo : Un obus dans le coeur -c- Vincent Schmitz


Théâtre des Bernardines
17 Boulevard Garibaldi
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/