Copland, Gershwin et Reich à l'Orchestre de l'Opéra de Toulon !

Des américains à ToulonVu par Zibeline

Copland, Gershwin et Reich à l'Orchestre de l'Opéra de Toulon ! - Zibeline

À l’invitation de l’Opéra de Toulon, le jeune chef et violoniste vénézuélien Dietrich Paredes est venu électriser l’auditoire avec un répertoire 100 % américain, habituellement peu joué dans la maison. Au contact de cette musique, l’orchestre gonflé pour l’occasion s’est révélé sous son meilleur jour mettant à l’honneur successivement des compositeurs aussi singuliers qu’Aaron Copland, George Gershwin et Steve Reich. Dans les « Ballet suite » Appalachian Spring et Billy the Kid du premier, c’est la richesse d’une orchestration colorée et très « cinématographique » qui était mise en avant à travers un très beau travail sur la cohésion sonore des pupitres et sur leurs jeux en alternance. Pour Rhapsody in Blue du second, le pianiste Frank Braley était venu prêter main forte à cette musique qu’on ne présente plus tellement elle fait désormais partie des « grands classiques » : son toucher à la fois fluide et rythmiquement très précis faisait merveille dans les différentes cadences aux accents jazzy qui ponctuent l’œuvre et les musiciens de l’orchestre semblaient galvanisés par sa présence. Le soliste gratifia même le public d’une ballade très poétique Do it again du même auteur en guise de rappel en fin de première partie, preuve que la chanson populaire lorsqu’elle est bien écrite n’a rien d’un art mineur. La partie du programme la plus surprenante était dévolue à la musique du seul des trois compositeurs à être toujours en vie : datée de 1993, Duet de Reich met en scène deux violons, ici Laurence Monti et Benoît Salmon, respectivement super soliste et premier violon solo de l’Orchestre de l’opéra, dans un jeu de répétitions en canon sur de courts motifs mélodiques accompagné d’un orchestre à cordes restreint cher au compositeur : bien secondés par une direction à la métrique très précise, leurs talents s’y exprimaient avec une belle aisance dans un superbe contrepoint de notes. Un sans-faute plébiscité unanimement par des spectateurs comblés.

EMILIEN MOREAU
Février 2016

Concert donné à l’Opéra de Toulon le 5 février

En partenariat avec le Festival de Musique de Toulon Provence Méditerranée

Photo : Dietrich Paredes © Marco Borrelli

 

 

Opéra de Toulon
Boulevard de Strasbourg
83000 Toulon
04 94 92 70 78
04 94 93 03 76
www.operadetoulon.fr