De jeunes Avignonnais deviennent reporters du Festival d'Avignon pour une expérience réussie de Web-TV

Des ados ouvrent la « caverne d’Ali Baba » du Festival InVu par Zibeline

• 23 janvier 2016 •
De jeunes Avignonnais deviennent reporters du Festival d'Avignon pour une expérience réussie de Web-TV - Zibeline

Depuis deux ans, le Festival d’Avignon invite des ados et jeunes adultes volontaires à devenir des Journalistes Reporters d’Images en herbe, encadrés par des JRI professionnels, le réseau pédagogique Canopé et des animateurs des Céméa (partenaires historiques du Festival).
Le samedi 23 janvier, le cinéma Utopia accueillait ainsi la projection d’une dizaine de sujets filmés par ces jeunes Avignonnais sur les coulisses du In. À partir du spectacle vivant, ces ados sont formés au reportage et aux métiers du journalisme et surtout, par la découverte des artistes et des sujets d’actualité, à la citoyenneté. Le résultat, éducatif et bien construit, a permis d’éclairer la « caverne d’Ali Baba » du Festival In. Elèves du collège Anselme Mathieu, des lycées Philippe de Girard et Théodore Aubanel, et jeunes adultes de la Mission Locale, ont pu témoigner de leur intérêt à s’approprier le Festival, à découvrir le monde de la culture et à apprendre à construire leur opinion. Et évoquer aussi, encore timidement, leur future vocation. Un beau projet !

Une Web TV bientôt internationale…
Peu de spectateurs pour cette projection un brin matinale de début de week-end, et c’est bien dommage, car cette Web TV avait l’avantage d’apporter un vent de fraicheur en montrant l’envers du décor du Festival In, toujours passionnant. Ainsi on pouvait découvrir, pêle-mêle, qu’au début du Festival les habitants étaient directement sollicités par Jean Vilar pour installer 2000 chaises dans la Cour d’honneur (équipée de 17 projecteurs !), qu’aujourd’hui chaque siège du gradin possède un petit micro caché pour la diffusion sonore, que le « magasin » où est stocké le matériel technique dispose de rallonges avec lesquelles « il y a de quoi faire 2 à 3 aller retour Avignon Marseille » ; ou encore de quelle façon les comédiens du Roi Lear portent la voix pour atteindre le dernier rang (« à la Cour, on ne peut pas se permettre de jouer petit »), jusqu’à la réaction mi-amusée mi-gênée de la ministre de l’éducation Najat Vallaud-Belkacem répondant à la question d’être « femme, marocaine, et au gouvernement »….  Intéressant aussi d’écouter ces jeunes lycéens d’une radio étudiante décortiquer la presse écrite après les attentats de janvier.
Cette initiative locale -qui tend à devenir internationale, un projet franco-taïwannais étant sur les rails pour une semaine interculturelle lors de l’édition 2016- crée un lien entre la programmation artistique d’été et la jeunesse du territoire et prend ici tout son sens, d’autant plus pour un Festival régulièrement critiqué pour son élitisme.
Une trentaine de sujets sont déjà visibles sur le site festival-avignon.tv, certains sont d’ailleurs déjà utilisés par des enseignants pour préparer aux spectacles. Cette mission d’éducation et de médiation au spectacle vivant menée la plupart du temps en coulisse par le Festival sera amenée à grandir, tant elle paraît évidente !

DELPHINE MICHELANGELI
Janvier 2016

Photo: Projection des reportages Jeunes critiques en Avignon, 23 janvier 2016, Utopia © Delphine Michelangeli

Festival d’Avignon
Cloître St-Louis
20 rue du Portail Boquier
84000 Avignon
04 90 27 66 50
http://www.festival-avignon.com/