Avec Le Mur, Jimmy Marais et Léa Menahem confrontent leurs clowns aux frontières

Derrière Le MurVu par Zibeline

Avec Le Mur, Jimmy Marais et Léa Menahem confrontent leurs clowns aux frontières - Zibeline

Le silence avant la venue des clowns est déjà le clown : plein de suspens, délicat et puissant à la fois. Puis arrivent les chuchotements, dans le noir. Ils sont entrés parce que c’était la seule porte ouverte, mais manque de bol c’est un dispositif sécuritaire qui les reçoit, sous la forme de voix désincarnées, crachant d’abruptes questions par six enceintes disposées en cercle. « Qui vous a permis d’entrer ? D’où venez-vous ? Quel est votre nom ? Avez-vous des papiers d’identité ? » Et ainsi de suite, jusqu’aux plus intrusives interrogations sur leur orientation sexuelle, croyance religieuse ou prise de stupéfiants. Jean Jacques et Monique, ou peut-être Maurice et Nardimou, alias Jimmy Marais et Léa Menahem, rusent de bonne foi, louvoient avec naïveté et détermination. À l’absurde des frontières, ils opposent la force d’inertie du personnage d’Herman Melville, Bartelby, celui qui « préférerait ne pas ».

Mais pas seulement. La vitalité, l’inventivité et la force d’abattage des clowns leur donnent la possibilité de faire ce que le désespoir d’être rejeté -ou l’espoir d’être accueilli- interdit aux migrants : déglinguer le dispositif à grands coups de latte. Ils en profitent pour passer derrière les apparences et faire sauter le quatrième mur, s’adressant directement au public, « qui a l’air inquiet ». « Ça fait peur un peu, ces voix ? Mais c’est fini, elles ne parleront plus. »

Avec comme marchepied Les métamorphoses d’Ovide, les voici qui s’élancent vers le mythe, l’amour et la mort, les rires et les larmes mêlés. Pyrame et Thisbé d’une nouvelle ère, celle des longs murs barbelés et des checkpoints, ils se disent des mots doux et s’engueulent comme tout un chacun, mais voient droit à travers la tragi-comédie humaine. « Ça va chialer dans les chaumières ! »

GAËLLE CLOAREC
Février 2022

Le Mur, écrit et mis en scène par Philippe Delaigue, s’est joué les 1er et 2 février au Théâtre Joliette, Marseille

Photo : Le Mur © Garance Li

Théâtre Joliette
2 place Henri Verneuil
13002 Marseille
04 91 90 74 28
www.theatrejoliette.fr