Vu par Zibeline

Retour sur Othello, le Maure de Venise, sous forme de mauvais vaudeville

Déplacé

Retour sur Othello, le Maure de Venise, sous forme de mauvais vaudeville - Zibeline

Shakespeare ne se doutait certainement pas qu’en terminant Othello, le Maure de Venise il avait écrit un vaudeville ! Car c’est un (mauvais) vaudeville que Razerka Ben Sadia-Lavant et Manuel Piolat-Soleymat ont commis en adaptant l’une de ses plus remarquables tragédies ! À croire qu’ils n’ont retenu de la pièce qu’une banale intrigue amoureuse, minimisant les ambitions déçues, l’imposture, la lâcheté, l’échec. La chute du héros et sa descente aux enfers. Bien sûr, chez Shakespeare la farce n’est jamais totalement absente, et ses héros tragiques ont la faiblesse des hommes simples. Leur âme se noie dans de viles bassesses… Mais fallait-il pour autant affubler les acteurs de déguisements criards (au croisement d’une pièce du répertoire et du cabaret), intégrer des saynètes dansées absconses, confier à Sapho les intermèdes musicaux et faire vociférer Othello du début à la fin ? Poussif et sans modulation, Disiz demeure brut de forme, dégrossi comme un bloc de marbre. Sans oublier l’intrusion bruyante d’un groupe d’amateurs qui viennent gonfler les allées du marché nocturne et de la fête : parfois, l’évocation plutôt que l’illustration est le meilleur des choix… Il manque à cet Othello la finesse et l’ironie que requiert cette farce politique, et l’interprétation de Denis Lavant n’y change rien : il faut des nerfs solides pour endurer le spectacle pendant 2h45…

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mars 2013

Les amours vulnérables de Desdémone et Othello fut joué les 26 et 27 mars au Théâtre Liberté, Toulon


Théâtre Liberté
Grand Hôtel
Place de la Liberté
83000 Toulon
04 98 00 56 76
www.theatre-liberte.fr