Vu par Zibeline

Un rêve de soucoupe volante entre choux et perroquet, entraîne la Friche dans un délire jubilatoire.

Départ imminent pour les étoiles !

Un rêve de soucoupe volante entre choux et perroquet, entraîne la Friche dans un délire jubilatoire. - Zibeline

La soucoupe et le perroquet est un spectacle foldingue qui présente deux personnages totalement inattendus sortis d’une série TV, Strip-Tease, datant de 1993 : un fils et sa mère y racontaient la construction d’une soucoupe volante et leurs rapports avec des extraterrestres. Paul Pascot, jeune comédien qui vient d’achever son cursus de formation à L’ERAC (École Régionale d’Acteurs de Cannes) découvre ce reportage sur youtube et décide d’écrire et mettre en scène un texte théâtral qui rende compte de cette aventure. Ce qu’il fait avec la complicité de Julie Cardile ; deux jeunes acteurs (Florine Mullard et Morgan Defendente) de la même promotion acceptent de se lancer dans ce projet aussi fou que ses deux protagonistes. On nage en plein délire, entre Corine qui cultive ses choux et Didier qui construit, tout en surveillant la lune, une fusée en forme de « nichon » qui peut tout autant évoquer le ventre accueillant d’une mère. En attendant de rejoindre un refuge stellaire Didier occupe une cabane, espace-bric à brac où il prépare son engin volant tandis que Corine monte et descend des échelles. Si l’on croit au début à deux amoureux fleur-bleue qui se sont rencontrés dans une fête foraine, on sent peu à peu affleurer une sourde violence dans leurs rapports. « Au lieu de regarder des images au fond de ta tête, regarde-moi ! » clame Corine, accrochée au souvenir de son perroquet Cri-cri dont elle garde le cadavre desséché dans une boite. Comme leur vie leur langage est particulier, joue sur les mots, en détourne le sens. Ce sont deux êtres perdus, inadaptés, entre Bidochon et les personnages de Beckett. Le spectacle demandera à être un peu resserré dans l’espace et le temps pour trouver la juste tension entre ses deux protagonistes, portés par de jeunes comédiens épatants qui savent trouver la candeur mais aussi la dureté et l’exigence. Sûr que pour eux « La soucoupe est pleine ! », comme le dit Corine.

CHRIS BOURGUE
Janvier 2016

La soucoupe et le perroquet s’est donné du 7 au 9 janvier au Petit plateau de la Friche-Belle de mai

 

©(avec le soutien du FIJAD-Fond d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques)


La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/