Coppéli-i.A., nouvelle création de Jean-Christophe Maillot au Grimaldi Forum de Monaco

Définir l’humainVu par Zibeline

Coppéli-i.A., nouvelle création de Jean-Christophe Maillot au Grimaldi Forum de Monaco - Zibeline

Le thème contemporain de l’intelligence artificielle s’immisce dans la nouvelle création du chorégraphe Jean-Christophe Maillot, Coppél-i.A. (l’orthographe du titre est éloquente, avec sa finale, acronyme d’Intelligence Artificielle). S’inspirant de Coppélia, ou la Fille aux yeux d’émail d’Arthur Saint-Léon d’après le conte d’Hoffmann L’Homme au sable, le chorégraphe transmute l’intrigue et accorde une place centrale à Coppél-i.A (Lou Beyne) qui devient un véritable personnage alors que ses prototypes restent des robots au service du vieux savant Coppélius (Matèj Urban). Loin d’être l’immobile poupée sagement assise derrière une fenêtre, elle prend son essor, jeune femme parfaite, à laquelle Coppélius, Pygmalion aux allures faustiennes, enseigne mouvements et attitudes, en prenant pour modèle la belle Swanilda (Anna Blackwell), fiancée de Franz (Simone Tribuna). Un nouveau protagoniste apparaît : la mère de Swanilda, (époustouflante Mimoza Koike) organisatrice des noces, telle la fée bienveillante des contes. Si la trame reste identique, l’ensemble fait un pas de côté, la musique de Bertrand Maillot jongle entre création électronique et reprise décalée par changements de tonalité et distorsions, de la partition de Léo Delibes. La danse épouse avec intelligence le propos, mouvements d’ensemble débridés lorsque les « humains » se préparent à la fête, parfaitement ordonnés lorsque ce sont les prototypes. Les pas de deux dessinent avec subtilité la riche palette des relations humaines, recherche de domination de l’autre, écoute, attente, espoir, approche espiègle, fusion joyeuse… La superbe scénographie (Aimée Moreni) évoque l’univers de Fritz Lang en une géométrie qui privilégie les courbes, cocon où se lovent les prémisses. Le tout dans une déclinaison de blancheur, marbre sculpté où la perfection des danseurs renvoie à une mouvante statuaire. Coppélius, nouveau démiurge, s’éprend de sa créature tandis que celle-ci s’éveille au sentiment amoureux, et, ultime émancipation de la créature sur son créateur, l’assassine et s’enfuit, inquiétante, entre sa démarche encore un peu mécanique et une fluidité neuve. Sublime !

MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2020

Coppéli-i.A a été créé du 27 décembre au 5 janvier au Grimaldi Forum, Monaco

Photographie : Coppél-I.A © Alice Blangero

Grimaldi Forum
10, Avenue Princesse Grace
MC 98000 Monaco
+377 99 99 20 00
www.grimaldiforum.com