Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Hommage rendu au MuCEM à Ahmed Bouanani, artiste majeur méconnu

Découvrir Mirage

• 22 mai 2014 •

Autour de l’exposition Des artistes dans la cité, le MuCEM a programmé Paroles dans la cité, un Temps Fort autour de la création marocaine.

Un hommage à Ahmed Bouanani, écrivain, cinéaste et dessinateur, a mis l’accent sur un artiste majeur méconnu, récemment redécouvert grâce à la réédition de son récit L’Hôpital. L’œuvre générale reste encore à paraître, mais sa fille Touda Bouanani, également cinéaste, a veillé à la conserver, et à la partager avec le cinéaste Ali Essafi et l’écrivain Arno Bertina.

Le court-métrage 6 et 12 présente, sur diverses musiques de jazz, la ville de Casablanca de six heures à midi : des lieux clos tels des bars ou des bus, des immeubles aux fenêtres fermées, des gens marchant en masse dans la rue, images entrecoupées de plans simples comme une plage. Sans logique et sans prétention poétique, l’œuvre abstraite décrit le quotidien de la ville, avec un sens du montage et du rythme qui en fait toute la force.

Mirage, seul long métrage de Ahmed Bouanani, raconte quant à lui une histoire : celle de Mohamed Ben Mohamed, vivant au Maroc en 1947 à la période du protectorat français. Alors que les autorités locales distribuent des sacs de farine dans une petite bourgade, Mohamed découvre des billets de banque dans le sien. Il part alors pour la ville, pensant y trouver une vie meilleure, mais passe de désillusions en désillusions. Sa rencontre avec l’excentrique Ali Ben Ali, artiste et poète isolé sur un château en ruines près de la mer, lui permet toutefois de sourire, et de comprendre que l’argent corrompt. Mais dans ce contexte politique, aucune issue heureuse ne semble possible : la ville est dominée par des préjugés religieux, et Mohamed Ben Mohamed passe pour un mécréant. Le film prend des allures de conte philosophique, distillant des énigmes pleines de sens…

Aujourd’hui, l’œuvre multiple d’Ahmed Bouanani est encore en cours d’édition et devient sujet de recherche mais peu de Marocains le connaissent. Une autre de ses œuvres, Mémoire 14 aurait également pu être un long métrage si elle n’avait pas subi la censure de l’époque. Et si l’homme est encore à découvrir, ce que l’on sait de lui aujourd’hui montre que le cinéaste apportait un regard neuf et talentueux !

ALICE LAY
Juin 2014

Hommage à Ahmed Bouanani, écrivain, cinéaste et dessinateur a eu lieu au MuCEM le 22 mai


Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org