Vu par Zibeline

Un beau spectacle lyrique à l'Opéra de Marseille autour de Gounod et Mistral !

De Mirèio à Mireille

• 18 octobre 2014 •
Un beau spectacle lyrique à l'Opéra de Marseille autour de Gounod et Mistral ! - Zibeline

Le 18 octobre, dans les ors et stucs du Grand Foyer de l’Opéra de Marseille, les amoureux de la Provence, ses mythes, sa poésie et ses chants, ont apprécié le spectacle « De Mistral à Gounod, chanter Mireille », conçu à l’occasion du centenaire de la disparition du félibrige, comme du 150ème anniversaire de la création du grand opéra populaire. Mirèio, chant homérique de jeunesse et d’amour écrit en provençal par le « Nobel 1904 » Frédéric Mistral, a selon les mots de Daudet, « fait de la Provence un livre ». Gounod, par son chez d’œuvre Mireille, lui a donné une dimension universelle, a fixé l’épopée du Pays d’Arles et de la Crau, dans le grand répertoire et les scènes du monde.

Voilà donc un spectacle qui méritait d’avoir sa place à Marseille dans son bel Opéra ! Présenté par Simon Calamel, maître occitan mué en récitant de luxe alternant provençal et français, l’opus, ordonné en une douzaine d’extraits, a été servi par une distribution remarquable.

En tête la soprano Jennifer Michel : une belle et jeune artiste à l ‘émission d’une grande maturité pour son âge ! Ce fut un plaisir d’entendre chanter les périlleux airs de Mireille (« Trahir Vincent » ou la mythique « Scène de la Crau ») par une voix vibrante, solide et fraîche, en adéquation avec la jeunesse du rôle ! Pour lui donner la réplique, le jeune ténor Camille Tresmontant dispose d’atouts de clarté de timbre et de légèreté, quand l’Ourrias du baryton Norbert Dol a semblé indéboulonnable à l’image du rôle monolithique du bouvier de Camargue. La mezzo Lucie Roche possède la puissance et la profondeur de timbre, doublée d’une exquise diction du français, pour réussir dans le rôle de Taven : on l’aurait bien vue avec l’accoutrement de la sorcière ! Jean-Marie Delpas en paternel vociférateur et le « petit berger » d’Ornella Bourelly à la voix vibrante et déjà dodue ont complété un beau plateau accompagné par une maîtresse femme-orchestre au clavier : Marion Liotard.

Depuis que le CNIPAL ne présente plus, à cause d’un arrêt de sa subvention de la Région PACA, ses fameuses « Heures du Thé », fort appréciées au Foyer de l’Opéra, ce type de spectacle, présenté avec de jeunes chanteurs de la région, a de quoi séduire les amateurs forcément frustrés de ne plus entendre les jeunes Artistes Lyriques du Centre National partis chercher un meilleur accueil sous d’autres cieux. Quel dommage pour Marseille, sa région… et son public !

JACQUES FRESCHEL
Octobre 2014

Illustration : Mireille marchant vers les Saintes-Maries-de-la-Mer. Médaille en bronze de Georges Dupré (1906).


Opéra de Marseille
2 Rue Molière
13001 Marseille
04 91 55 11 10
http://opera.marseille.fr/