Vu par Zibeline

L’Histoire spirituelle de la danse au Pavillon Noir

De l’importance du pied

L’Histoire spirituelle de la danse au Pavillon Noir - Zibeline

Cadre feutré, empli de tapis, de larges fauteuils, pénombre propice, atmosphère d’un cabinet de curiosités… le grand studio du Pavillon Noir se transforme en un lieu intime dans lequel le maître de cérémonie, David Wahl, nous reçoit pour une causerie, renouant avec un genre qui semblait tombé en désuétude ou réservé à de cacochymes vieillards aux têtes chenues… Le sujet du jour est l’Histoire spirituelle de la danse, sous-titré sur la couverture du charmant volume carré qui lui correspond (éditions Riveneuve/Archimbaud) « à l’intérieur de laquelle on s’efforcera de découvrir le mystérieux mouvement des fins dernières afin de parvenir à la connaissance, si toutefois telle chose peut s’entrevoir, des raisons œuvrant à la chorophobie ». Le style est donné, délicieusement orné d’imparfaits du subjonctif et de passés simples, pour arpenter les siècles et déterminer, entre un crâne et un squelette en pied, les raisons de la « peur de la danse »… Religieuses, scientifiques, biologiques, depuis les origines de la bipédie et ses interprétations. Notre relation au corps est ici centrale, et le causeur dissèque les idées, les rapproche, va de Xénophon à Plotin, de Cicéron à Odon de Cluny, Porphyre, Saint Bernard ou Voltaire… Le propos s’appuie sur une recherche minutieuse dont l’érudition se cache sous un voile d’humour. La mort et la danse trouvent de singulières accointances, ainsi la « danse macabre » du Moyen-âge… Danse interdite, crainte, vouée aux gémonies, diabolique enfin. Quel drame fut l’apparition de la valse qui osait rapprocher les corps ! Curiosité du vocabulaire, les prélats qui vilipendaient les mouvements du corps, se souvenant du jeu de mots « soma séma » de Platon (« le corps est un tombeau »), oubliaient l’étymologie de leur nom latin « praesules », « chefs des danseurs »… Car David Wahl rappelle aussi que la danse, symbole d’harmonie, d’élévation de l’âme, fut soutenue entre autres par le Christ ou Louis XIV, dont certaines chorégraphies furent réglées par Descartes ! Un petit bijou à savourer, puis à lire pour se remémorer que « devenir homme, c’est apprendre à danser ».

MARYVONNE COLOMBANI
Février 2018

David Wahl a présenté son Histoire spirituelle de la danse le 30 janvier au Pavillon Noir, Aix-en-Provence

Photographie : Histoire spirituelle de la danse © Philippe Savoir


Pavillon Noir / Ballet Preljocaj
530 avenue Mozart
13627 Aix-en-Provence
08 11 02 01 11
http://www.preljocaj.org/