Au nom du père et du fils et de JM Weston, de Julien Mabiala Bissila bouleverse le Théâtre des Ateliers

De Limoges* à BrazzavilleVu par Zibeline

Au nom du père et du fils et de JM Weston, de Julien Mabiala Bissila bouleverse le Théâtre des Ateliers - Zibeline

Plateau jonché de cordes pour la plupart fragmentées, traduction d’un monde bouleversé par les destructions guerrières, et des personnages improbables dans cet univers détruit, chic des vêtements, même s’ils peuvent être taillés dans des sacs de riz, couleurs vives de préférence… Le vêtement est ici à la fois ludique clinquant et signification profonde, instrument de jeu autant que de revendication de soi. On apprend alors le rôle culturel et social de la S.A.P.E., Société des Ambianceurs et Personnes Élégantes, pensé comme un « ultime rempart contre la barbarie ». Que font les deux frères Criss et Cross, (Criss Niangouna et Julien Mabiala Bissila), dans cette ville dévastée ? Ils recherchent la trace des lieux autrefois familiers ? On les voit, confrontant leurs souvenirs, apposant aux découpages nouveaux le dessin de ce qui fut. L’église, le barrage, la station essence, l’école, la maison de la mère, la tombe du père, le mur, la rue, le lieu où a explosé le bus…Géométrie irrégulière et confuse, qui recense avec les emplacements les faits qui s’y sont déroulés. L’investigation flirte avec l’absurde jusqu’à la formulation de « où est où ? »… et la quête de chaussures, celles cachées avant la débandade, les JM Weston… Symbole de l’élégance, vestimentaire et intellectuelle, elles sont un vestige, un témoignage, un élément fondateur, loin de la futilité que l’on pourrait leur attribuer ! Le jeu théâtral tient à la fois du sketch, du duo clownesque ou héroïque. Le burlesque et le tragique se mêlent, d’une pirouette le pathos est nié ; les faits suffisent, portés par un troisième personnage avec l’humour « en gilet pare-balles », le mari de la belle Mado, (Marcel Mankita), qui raconte avec une glaçante simplicité le sadisme des soldats. Une écriture jubilatoire, féconde en créations sémantiques, emporte l’ensemble dans sa verve. La culture des sapeurs, dernier rempart contre la barbarie ?

MARYVONNE COLOMBANI

Mars 2016

Au nom du père et du fils et de J.M. Weston, texte et mise en scène de Julien Mabiala Bissila a été joué au théâtre des Ateliers d’Aix-en-Provence les 7 et 8 mars.

Représentations données sous l’égide des ATP d’Aix.

Photographie © Andrea Magda

Au nom du père et du fils et de JM Weston, Julien Mabiala Bissila, éditions Acoria, 12€

*J.M ? Weston est une entreprise de luxe française fondée en 1891 à Limoges par Édouard Blanchard. (Au début du spectacle les personnages rappellent la naissance de la marque… « Tout a commencé à Limoges »)

 

 

Théâtre des Ateliers
29 Place Miollis
13100 Aix-en-Provence
04 42 38 10 45
http://www.theatre-des-ateliers-aix.com/