Kamuyot par la compagnie Grenade enthousiasme le théâtre Durance

De l’énergie pure !Vu par Zibeline

Kamuyot par la compagnie Grenade enthousiasme le théâtre Durance - Zibeline

Les jeunes danseurs du groupe Grenade ont déjà abordé sous la houlette de Josette Baïz le répertoire des plus grands chorégraphes de notre siècle, aux esthétiques et aux propos différents. C’est une troupe aiguisée, aux interprètes venus de divers horizons (classique, moderne, hip-hop, oriental), qui s’est attachée à l’œuvre d’Ohad Naharin, Kamuyot, conjuguant leurs talents et adaptant leurs techniques aux exigences de la chorégraphie sur une bande son éclectique, véritable invitation à la danse et à la vie, sur la scène entourée sur ses quatre côtés par le public. La musique d’ouverture au rythme entraînant voit les danseurs assis de part et d’autre du plateau, juste à côté des spectateurs, rester impassibles ; le silence revenu, les premiers pas se lancent sur la piste, époustouflants de vivacité. L’espace devient aire de jeu où les douze danseurs éprouvent leurs ailes, solitaires, en duo, en mouvements d’ensemble, éblouissants de virtuosité : improvisations fulgurantes et espiègles, courbes et lignes droites enserrées dans les règles de la danse gaga qui accepte notre asymétrie naturelle, la revendique, offre à chacun la capacité de se livrer au langage universel des gestes dont l’un appelle toujours un autre dans un mouvement qui épouse le rythme même de la vie. La variété des tableaux, leur succession vive, ne cessent de souligner l’accord entre les êtres : regards chaleureux portés sur chaque spectateur, mains serrées, injonctions à rejoindre la scène, à partager la joie de quelques esquisses dansées… la scène n’est plus le lieu sacré, inatteignable, mais celui de l’échange, du partage, de la manifestation du bonheur d’être, en un monde rêvé où les barrières seraient effacées, de même que semblent oubliées les limites physiques des jeunes danseurs, en vagues emportées ponctuées d’accalmies. L’inventivité sans fin de la danse multiplie les univers, maga, dance-floor, mythes contemporains, épaulée par des musiques venues du reggae, du rock, de séries cultes, de la pop japonaise… Une fascinante exubérance entre espièglerie et profondeur.

MARYVONNE COLOMBANI
Octobre 2020

Kamuyot a été dansé les 8 et 9 octobre au Théâtre Durance, Château-Arnoux-Saint-Auban

Photographie : Kamuyot © Cécile Martini

Théâtre Durance
Avenue des Lauzières
04160 Château-Arnoux-Saint-Auban
04 92 64 27 34
http://www.theatredurance.fr/