La nouvelle création de Cathy Heiting, Moving sur la chaîne web du Petit Duc

De l’autre côté de l’écranVu par Zibeline

La nouvelle création de Cathy Heiting, Moving sur la chaîne web du Petit Duc - Zibeline

Gageure que de penser les spectacles vivants en retransmission unique sur une chaîne du web ! Le Petit Duc réussit son pari, sans doute parce que chacun sait combien la qualité est toujours au rendez-vous, combien les choix éclectiques de Myriam Daups et Gérard Dahan sont éclairés et généreux. Quoi qu’il en soit, le public est nombreux derrière son écran d’ordinateur à l’heure dite afin de goûter aux plaisirs d’un concert, malgré le goût d’ersatz, la privation de partage vécu dans la respiration des lieux… Cathy Heiting, fidèle aux résidences du Petit Duc (ici, pour sa quatrième création), présentait son nouveau spectacle MoVING, qualifié en sous-titre « une pure source d’énergie, un miroir, un partage », un quatuor de choc avec Renaud Matchoulian à la guitare, Sylvain Terminiello à la basse et Gérard Gatto à la batterie. Un florilège de compositions originales de la chanteuse, des arrangements de ses musiciens (aux soli éloquents), une verve qui résiste à l’étrangeté de parler à des caméras derrière lesquelles s’imagine un public (« je te vois devant ton écran ! » sourit l’interprète avec espièglerie), bref, le cocktail prend, on se laisse captiver par les mélodies, les vocalises inspirées, les improvisations instrumentales. Les caméras savent capter les lumières, les expressions, suivent les musiciens, accompagnent un pas de danse, un éclat de rire, un éclat de voix, un éclair vibrant des cordes, une pulsation légère de la batterie. L’univers de Cathy Heiting est là, dans son invention, ses élans, ses variations, ses modulations qui flirtent avec le lyrique puis en une volte de funambule, scatent, groovent, swinguent, glissent une pincée de funk, un brin de soul, une once de gospel, un refrain d’RnB… On commence par l’iconoclaste Sugar, ses motifs ostinatos, puis un Now intime où la voix se pose comme pour une confidence sur une batterie tout en subtile élégance. Les colères, les impuissances, les révoltes, les indignations frémissent au fil des chants qui gagnent  encore en profondeur. « Chaque fois, c’est une émotion forte qui se traduit en chanson » sourit-elle lors du « quart d’heure aixois » animé par Gérard Dahan à la fin du concert, (comme si nous y étions ! à bavarder avec les artistes autour d’un verre dans la tradition des soirées du Petit Duc).

MARYVONNE COLOMBANI
Novembre 2020

Spectacle donné en live sur la chaîne Web du Petit Duc  (qui propose une programmation impressionnante) le 19 novembre 2020

Photographie © mitch bis

Le Petit Duc
1 rue Émile Tavan
13100 Aix-en-Provence
04 42 27 37 39
www.lepetitduc.net