Pirates de Fabrice Loi aux éditions Gallimard : un roman sur les traces des déchets nucléaires entre Marseille et la Somalie

De la trompette au fusilLu par Zibeline

Pirates de Fabrice Loi aux éditions Gallimard : un roman sur les traces des déchets nucléaires entre Marseille et la Somalie - Zibeline

Deux voix se croisent dans le nouveau roman de Fabrice Loi, Pirates. Celle de Max Opale, ancien militaire, reconverti en expert en balistique, et celle de Tony Palacio, trompettiste de jazz, qui a quitté sa famille de forains pour aller à Marseille. Entre les deux, se dresse le personnage de la cantatrice Awa, une Ève qui fait basculer leur histoire dans un trio amoureux digne de Jules et Jim. Les portraits émergent dessinés par la vie qui les rabote, les sculpte, dans un style parfois un peu trop bavard, mais qui sait remarquablement créer des atmosphères, saisir au plus près les lieux et les êtres et s’autorise de belles pages sur la musique. Marseille (celle des bas-fonds, comme celle des beaux quartiers) et la Somalie (des pirates et des populations décimées), sont peintes avec une incisive justesse. Le roman dépasse ici le cadre du simple polar, et livre au lecteur une description sans concession de la société ainsi qu’une vision politique à l’échelle internationale. À l’instar du procureur Henri Volney incarné par Yves Montand dans I comme Icare de Verneuil, les personnages ne peuvent survivre lorsqu’ils accèdent à la connaissance. Celle-ci terrifiante dénonce, preuves à l’appui le déversement criminel de déchets radioactifs dans les eaux de la Somalie, par différents états, France, Allemagne, Italie, USA, avec la complicité des réseaux mafieux. Qui sont alors les vrais pirates ? On aimerait que le sujet ne soit pas confiné à la deuxième partie de l’ouvrage, digne par ce qu’elle met en lumière de tenir une œuvre entière.

MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2016

Pirates
Fabrice Loi
Gallimard, 17,90 €