Vu par Zibeline

Inside, conférence-spectacle nébuleuse du philosophe Bruno Latour

De la désorientation

Inside, conférence-spectacle nébuleuse du philosophe Bruno Latour - Zibeline

Le philosophe Bruno Latour a fait salle comble au Théâtre National de Marseille, avec sa conférence-spectacle Inside. En bon orateur classique, il a articulé son intervention en trois parties : pourquoi l’humanité contemporaine est-elle à ce point désorientée ? comment se réorienter ? et les conséquences politiques de cette réorientation. En orateur féru de nouveautés, il évoluait sur un plateau envahi d’hologrammes, la Terre au bout des doigts, envoyée de ci, de là comme une jolie bille bleue. C’est que vue d’une certaine distance, elle apparaît en effet fort gracieuse, cette planète que nous polluons allègrement, où les espèces animales et végétales disparaissent à une allure vertigineuse, dévorées par notre appétit de consommation. Au ras du sol, couper les arbres est certes bien triste, cependant il faut du temps pour s’opposer aux tronçonneuses, et le temps s’échappe. On sait bien que les printemps sont plus silencieux, faute de chants d’oiseaux, mais il est si difficile d’y faire quelque chose !

Bruno Latour rappelle ce qui devrait être une évidence : sans les plantes il n’y aurait pas d’oxygène à respirer. La surexploitation des « ressources naturelles » s’aggrave, alertent les scientifiques, au risque de notre propre survie. Reprenant le mythe platonicien de la caverne, le philosophe invite à une nouvelle cosmologie, qui changerait la perspective humaine sur ce globe malmené. S’appuyant sur une cartographie malheureusement nébuleuse -il a pourtant travaillé avec des créateurs exigeants, Alexandra Arènes, Axelle Grégoire (architectes-paysagistes), Sonia Lévy (artiste-vidéaste), et Frédérique Aït-Touati à la mise en scène- il évoque cette « zone critique » sur laquelle le vivant évolue : de l’air, de l’eau, un sol et un sous sol, en mince couche finalement : trois kilomètres d’épaisseur, environ.

Alors, comment se retourner pour voir enfin la lumière, comme le prisonnier de la caverne dont les yeux se dessillent ? Les solutions politiques annoncées en introduction n’ont pas été exprimées clairement par Bruno Latour. Certes, il a évoqué une « nouvelle lutte des classes », face notamment à « celui dont le nom ne doit pas être prononcé, et qui dirige les USA » ; mais pour le reste, il a laissé son auditoire face à ses propres doutes, après avoir dûment salué trois fois, comme il est d’usage au théâtre.

GAËLLE CLOAREC
Mai 2018

Inside a été vu le 24 mai dans le cadre du Festival Oh les beaux jours !, au TNM La Criée, Marseille

Photo : © Nicolas Serve


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/